[PHOTOS & VIDÉO] : Chaque africain a besoin de lire pour connaitre l’histoire … - MIRASTNEWS
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MIRASTNEWS

MIRASTNEWS

Informations capitales, stratégiques et véridiques


[PHOTOS & VIDÉO] : Chaque africain a besoin de lire pour connaitre l’histoire …

Publié par Jean de Dieu MOSSINGUE sur 27 Juillet 2016, 18:38pm

Ceci est une histoire très intéressante . Drôle comment je ne savais jamais à son sujet jusqu’à aujourd’hui où je suis tombé sur cet article que je viens d’avoir à lire , puis partager . Il est un peu intéressant de voir comment certains d’entre nous vont simplement à travers la vie ne sachant pas comment nous sommes arrivés là où nous sommes , et qui ont fait advenir . La plupart f -nous préféré rester insensible à l’histoire . Mais si vous êtes un de ceux qui sont curieux de connaître le passé et désireux de faire le meilleur avenir , alors cette histoire est pour vous. Bon visionnement !

Sarah Baartman, affichée comme un monstre à cause de ses caractéristiques physiques inhabituelles, a finalement été mis au repos 187 ans après avoir quitté Cape Town pour Londres. Ses restes ont été enterrés sur la Journée des femmes, le 9 Août 2002 dans la région de sa naissance, la vallée Gamtoos dans l’Eastern Cape. Baartman est née en 1789. Elle a travaillé comme un esclave au Cap où elle a été «découvert» par le médecin du navire britannique William Dunlop, qui l’a persuadé de voyager avec lui en Angleterre. Nous ne saurons jamais ce qu’elle avait en tête quand elle monta à bord – de son propre gré – un navire pour Londres. Mais il est clair que Dunlop avait en tête – à son afficher comme un « freak », une « curiosité scientifique », et de faire de l’argent de ces spectacles, dont certains qu’il a promis de lui donner. Baartman avait anormalement grosses fesses et les organes génitaux, et dans les années 1800 ont été les Européens arrogance obsédé par leur propre supériorité, et de prouver que d’autres, en particulier les Noirs, étaient inférieurs et obsédé. Les caractéristiques physiques de Baartman, pas inhabituelles pour les femmes Khoisan, bien que ses traits étaient plus grandes que la normale, étaient des «preuves» de ce préjudice, et elle a été traitée comme une exposition monstre à Londres.

 

Elle a été appelée la «Vénus hottentote», «hottentote» étant le nom donné aux personnes atteintes de bétail. Ils avaient acquis ces bovins en migrant vers le nord en Angola et est retourné en Afrique du Sud avec eux, quelque 2 000 ans avant la première colonie européenne au Cap en 1652. Avant cela, ils étaient indiscernables de l’Bushmen ou San, les premiers habitants de Afrique du Sud, qui avait été dans la région depuis environ 100 000 ans en tant que chasseurs-cueilleurs. Khoisan est utilisé pour désigner leur relation avec le peuple San. Le label « Hottentot » a des connotations péjoratives, et ne sera plus utilisé. Vénus est la déesse romaine de l’amour, une référence cruel pour Baartman être un objet d’admiration et d’adoration à la place de l’objet des regards concupiscents et les abus qu’elle est devenue. Elle a passé quatre ans à Londres, a ensuite déménagé à Paris, où elle a poursuivi sa ronde dégradants des spectacles et des expositions. A Paris, elle a attiré l’attention des scientifiques français, en particulier Georges Cuvier. Personne ne sait si Dunlop a été fidèle à sa parole et payé Baartman pour ses «services», mais si il l’a fait lui payer, il ne suffisait pas de se racheter de la vie qu’elle vivait. Une fois que les Parisiens suis fatigué de le spectacle Baartman, elle a été forcée de se tourner vers la prostitution. Elle n’a pas duré les ravages d’une culture étrangère et le climat, ou encore l’abus de son corps. Elle est morte en 1815, à l’âge de 25. La cause de la mort a été donnée comme «maladie inflammatoire et éruptive », peut-être la syphilis. D’autres suggèrent qu’elle était alcoolique. Quelle que soit la cause, elle a vécu et est mort des milliers de kilomètres de la maison et la famille, dans une ville hostile, sans aucun moyen de rentrer à la maison elle-même à nouveau. Cuvier a fait un moulage en plâtre de son corps, puis enlevé son squelette et, après le retrait de son cerveau et les organes génitaux, les décapé et les affiche dans des bouteilles à theMusee de l’Hommein Paris

Quelque 160 ans plus tard, ils étaient encore sur l’écran, mais ont finalement été retirés de la vue du public en 1974. En 1994, alors président Nelson Mandela a demandé que ses restes être ramenés au pays. Autres représentations ont été faites, mais il a fallu le gouvernement français de huit ans pour passer un projet de loi – apparemment rédigé de manière à empêcher d’autres pays de réclamer le retour de leurs trésors volés – pour permettre leur petit morceau de « curiosité scientifique » à être rentrés au Sud- Afrique. En Janvier 2002, les restes de Sarah Baartman ont été retournés et enterrés le 9 Août 2002, à la Journée des femmes de l’Afrique du Sud, au Hankey dans la province du Cap oriental. Sa tombe a depuis été déclaré site du patrimoine national. Marang Setshwaelo, écrivant pour Africana.com à l’époque, a déclaré le Dr Willa Boezak, militante des droits des Khoisan, croit que un poème écrit par Khoisan descendant Diana Ferrus en 1998 a joué un rôle majeur en aidant les ramener à la maison Baartman. Boezak dit: «Il a fallu la puissance d’une femme, à travers un poème simple, aimante, se déplacer politiciens durs en action. » Quelle que soit la raison, Sarah Baartman est à la maison, et a finalement avait sa dignité restaurée en étant enterré où elle appartient – loin de là où sa race et le sexe ont été si cruellement exploitées.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents