Le document secret par lequel les États-Unis ont mis l’Allemagne en esclavage jusqu’en 2099 - MIRASTNEWS
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MIRASTNEWS

MIRASTNEWS

Informations capitales, stratégiques et véridiques


Le document secret par lequel les États-Unis ont mis l’Allemagne en esclavage jusqu’en 2099

Publié par Jean de Dieu MOSSINGUE sur 13 Juin 2016, 01:24am

Le document secret par lequel les États-Unis ont mis l’Allemagne en esclavage jusqu’en 2099

S-Verschlussache

pour la sécurité seulement

BUNDESNACHRICHTENDIENST

Kontroll-Abt. II/OP

UNIQUEMENT POUR LE MINISTRE

Confidentiel Défense Processus :

Traité d’État du 25/5/49

Ici : Perte de la copie officielle N°4

Très honoré Monsieur le Ministre, La copie N°4 du traité d’État entre les puissances Alliées et le gouvernement provisoire de l’Allemagne de l’Ouest du 21 mai 49 est définitivement égarée.

Ce traité d’État secret révèle entre autres :

– la hauteur de contrôle média des Alliés sur les journaux et les radios allemands jusqu’en 2099.

– les dits « Actes du Chancelier », soit le document écrit que chaque Chancelier Federal de l’Allemagne doit signer sur ordre des Alliés, avant de prononcer le serment de ses fonctions, *

– ainsi que la saisie des réserves d’or de la République Fédérale par les Alliés.

Dans la mesure où la copie N°4 du Traité d’État secret pourrait tomber en de mauvaises mains, je recommande expressément d’en nier l’authenticité.

Dr Rickermann

Ministre d’État

Ce document des services secrets allemands, le Bundesnachrichtendienst (BND), est éloquent car il illustre à merveille mon interprétation du texte de Jean et le génie de l’Ange qui l’accompagne.

La Bête Argent à 7 têtes met l’Allemagne en esclavage en prenant tout de suite le contrôle de son or, en mettant ses médias radio, presse et télévision entre les mains de son Faux-Prophète, et en forçant le chancelier à lire ces accords secrets avant de prendre le pouvoir.

En examinant cette note interne, je « voyais » les Bundeskanzler successifs les plus populaires, Konrad Adenauer, Willy Brandt, Helmut Schmidt, Helmut Kohl et Angela Merkel jurer en secret les « Actes du Chancelier »… En réalité, ils ont juré d’être les esclaves fidèles de Washington et de lui obéir en tous points jusqu’en 2099 !

En clair, l’Allemagne a toujours été le Cheval de Troie des États-Unis au sein de l’Europe !

Le document montre aussi que l’Or du Rhin a été pris d’office par Washington dès 1949. « A été » parce que depuis, les Allemands se sont révoltés apprenant que la NSA a espionné toutes les conversations de leur chancelière, jusqu’à ses paroles les plus intimes avec son mari. Maintenant ils veulent la restitution.

Le document secret par lequel les États-Unis ont mis l’Allemagne en esclavage jusqu’en 2099

L’autre question fondamentale que pose ce document est : « la France, la Belgique, la Hollande ont-elles signé, elles aussi, un Traité secret similaire avec les Américains ? ».

L’origine du document ne fait aucun doute, authentique à 100 %, pour la simple raison que l’auteur, Gerd-Helmut Komossa, un officier de carrière, l’a publié dans son livre Die Deutsche Karte, das verdeckte Spiel der geheimen Dienste, autrement dit La Carte Allemande, le jeu obscur des services secrets.

En ne publiant que très récemment ce document, cet officier supérieur a voulu montrer à ses semblables, et au monde, que les Américains, selon ses termes, « se sont efforcés, pendant des années après la guerre, à effacer l’identité des Allemands ».

Les éditeurs allemands ont immédiatement refusé de publier son livre ! Normal, si on regarde la nature de l’accord. Le général a alors signé avec une petite maison autrichienne, Wolfgang Dvorack Stocker. Mais là, nouveau drame : le plus gros distributeur allemand (genre Hachette en France) a refusé de le mettre en vente dans son immense circuit de diffusion !

Une censure venue d’on ne sait où (note : si en fait, on sait très bien) s’était abattue sur cet ouvrage justement à cause de ce document particulièrement géant.

Les Allemands ne doivent pas savoir qu’ils ont été mis en esclavage. Et que les médias germaniques sont entre les mains des intérêts américains qui leur dictent ce qu’il faut dire, écrire et penser.

À bien y regarder, il me semble que c’est aussi le cas des médias en France : JP Morgan ne dispose-t-il pas d’un pourcentage très confortable dans le capital de TF1 ?

Source : 666, Pierre Jovanovic

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents