L’intelligence jordanienne a volé des armes américaines pour les rebelles syriens sur une base régulière - MIRASTNEWS
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MIRASTNEWS

MIRASTNEWS

Informations capitales, stratégiques et véridiques


L’intelligence jordanienne a volé des armes américaines pour les rebelles syriens sur une base régulière

Publié par Jean de Dieu MOSSINGUE sur 27 Juin 2016, 02:53am

Catégories : #Moyen-Orient, #Syrie, #Jordanie, #Intelligence, #Rebelles

© REUTERS/ Muhammad Hamed

© REUTERS/ Muhammad Hamed

Une enquête de journaliste a révélé que les agents de renseignement jordaniens sont tenus d’avoir volé des armes fourni par les États-Unis destinées aux rebelles syriens et les ont vendues sur le marché noir pour leur propre profit.

Une enquête menée conjointement par le New York Times et Al Jazeera a révélé un système désordonné de vol d'armes que le service de renseignement jordanien (la Direction générale du renseignement, ou GID) les agents ont utilisés pour la contrebande d'armes fournies par les États-Unis et l'Arabie saoudite pour les rebelles syriens formés sur le sol jordanien.

La CIA aurait mené des programmes de formation des rebelles syriens depuis des décennies. Un, moins efficace, était destiné à former des combattants syriens pour lutter contre Daesh. Ce programme a été arrêté après qu'ils auraient réussi à former seulement une poignée de combattants. Le second, malgré le fait que que, les combattants ont été formés à la lutte contre le gouvernement syrien de Bachar Al-Assad. Celui-ci, paraît-il, était beaucoup plus efficace.

Depuis 2013, les États-Unis et l'Arabie Saoudite ont expédié des armes, qui comprenaient des fusils d'assaut, des RPG et des mortiers, en Jordanie, pour armer les rebelles. Cependant, un groupe d'officiers de renseignement Jordanien a siphonné les camions de stocks d’armes valant des millions de dollars, et ils ont fini sur un marché noir, où les réseaux criminels et les tribus jordaniennes rurales, ainsi que des passeurs étrangers, ont conditionné une demande stable.

Ces armes ont été utilisées dans une fusillade récente lorsque Anwar Abu Zaid, un capitaine de la police jordanienne, a abattu deux entrepreneurs américains. L'enquête du FBI sur la fusillade a inclus les numéros de suivi des armes, ce qui a conduit à la révélation de l'ensemble du système.

L'existence du programme de formation des rebelles est classée, comme le sont tous les détails sur son budget. C’est - ou était, apparemment - aussi un secret d’État en Jordanie.

Des représentants de la CIA et du FBI ont refusé de commenter.

Mohammad H. al-Momani, le ministre jordanien de l’État pour les affaires des médias, a cependant dit que les allégations des agents de renseignement jordaniens avaient été impliqués dans des vols d'armes étaient « absolument incorrectes. »

Il a dit que le GID est « une classe mondiale, une institution réputée connue pour sa conduite professionnelle et le degré élevé de coopération entre les agences de sécurité. » Il est difficile de savoir si l'actuel chef de la GID a eu connaissance du vol.

Notamment, les nouvelles du vol d'armes et de répression éventuelle auraient circulé à l'intérieur du gouvernement de la Jordanie pendant plusieurs mois. Husam Abdallat, un proche collaborateur de plusieurs derniers premiers ministres jordaniens, a dit qu'il avait entendu parler du régime des fonctionnaires jordaniens actuels.

Le régime de vol a pris fin il y a quelques mois, après que les Américains et les Saoudiens se sont plaints au sujet du vol. Des chercheurs de la GID ont arrêté plusieurs dizaines d'officiers impliqués dans le système, mais ils ont finalement été remis en liberté et ont été obligés à partir du service, mais sont autorisés à conserver leurs pensions et l'argent qu'ils ont gagné du régime (de vol), selon des responsables jordaniens.

Selon le rapport du New York Times / Al Jazeera, la Jordanie a fourni des motifs aux opérations secrètes des États-Unis depuis des décennies, grâce à sa position clé dans le Moyen-Orient, en échange d'un soutien financier massif fourni au gouvernement jordanien depuis la seconde moitié du XXe siècle.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Sputniknews

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents