J'AVAIS PREDIT QU'IL NE SORTIRAIT RIEN DE LA RENCONTRE HOLLANDE-MABANCKOU - MIRASTNEWS
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MIRASTNEWS

MIRASTNEWS

Informations capitales, stratégiques et véridiques


J'AVAIS PREDIT QU'IL NE SORTIRAIT RIEN DE LA RENCONTRE HOLLANDE-MABANCKOU

Publié par Jean de Dieu MOSSINGUE sur 16 Juin 2016, 03:55am

Catégories : #Politique, #Congo, #France

Voyons d'abord le bon côté des choses : il est louable que notre compatriote Alain Mabanckou s'implique dans la cause du peuple qui lui a donné la vie en essayant de frapper à la porte de l’Élysée qui fait les rois chez nous. Ce n'est un mystère pour personne qu'on ne devient pas "gouverneur noir" au Congo - sans l'accord et l'aide de la France qui tire toujours les ficelles dans ses ex-toujours colonies, notamment africaines sinon elle perdrait son rang de puissance mondiale. Nous l'avons suffisamment démontré pour reprendre la démonstration aujourd'hui. Tous ceux qui glapissent que le Congo est un pays indépendant le savent au fond d'eux. Nous serons un pays souverain le jour où nous aurons notre monnaie, notre technologie et que nous exploiterons nous-mêmes nos ressources pour les vendre sur le marché. Tant que notre ministère des finances viendra prendre ses ordres à Bercy, il y aura du chemin à faire. De toute façon, Denis Sassou Nguesso est lié par le franc cfa. Nous sommes au courant que si Sassou parle du dialogue, c'est parce que la France le pose comme condition pour débloquer des fonds du Congo détenus par la Banque de France. Et cela, beaucoup ne le savent pas. Le dialogue n'est pas l'idée de Sassou mais celle de l’Élysée. C'est une contrainte qui est un euphémisme pour chantage.

Ce qui me lisent, les milliers qui me suivent au quotidien savent que j'ai prédit qu'il ne sortirait rien de bon pour notre peuple lors de cette rencontre Hollande-Mabanckou parce que je savais que François Hollande qui incarne les intérêts de la France ne pouvait que suivre la voie de la défense des intérêts de son pays qui sont en grosse partie les intérêts de quelques-uns comme l'avait fait remarquer maître Collard - même si le carburant qui fait rouler les voitures et les véhicules profitent à tous. Je ne parle même pas du fuel domestique et du reste comme l'argent qu'on nous prélève dans les comptes d'opération par la Banque de France. Or, la démocratie en Afrique n'arrange pas ces intérêts comme l'avait dit Jacques Chirac. Intérêts occidentaux et démocratie en Afrique - surtout dans le riche golfe de Guinée - ne font pas bon ménage. On parle ici des plus grandes réserves de pétrole offshore du monde, du diamant, de l'or, du coltan, de la potasse, du manganèse, du fer, du bois, des terres rares, etc. Et quand on évoque les intérêts, c'est la voix de Total et celle de Bolloré qui parlent à l'oreille de François Hollande. Mabanckou parlait mais Hollande entendait la voix de Total et de Bolloré. C'est amusant d'imaginer cette caricature. Nous aurions tant apprécié avoir le sentiment après coup de l'écrivain Alain Mabanckou après sa rencontre avec le président François Hollande. Déçu ? Apaisé ? Réconforté ? Dubitatif ? Peut-être qu'on le saura un jour...

Le communiqué lapidaire de l’Élysée appelle au rassemblement et à l'apaisement. Rassemblement autour de quoi ou de qui ? N'est-ce pas de Denis Sassou Nguesso ? Apaisement. Comment apaiser le peuple congolais et l'opposition sans justice électorale ? Vous voyez ? Nous ne parlons pas le même langage avec nos maîtres. Le maître veut l'apaisement pour continuer à pomper tranquillement nos ressources et pour cela, il exige que l'opposition et tous les Congolais se rassemblent autour de Denis Sassou Nguesso.

Alain Mabanckou a-t-il vu qu'entre lui et François Hollande se dressait un Kilimandjaro d'intérêts ? Il y a une énorme barrière constituée de milliers de milliards d'euros et de millions de milliards de tonnes de barils de pétrole entre l'entendement du grand écrivain et celui du président français. François Hollande est certes le président de la France mais il l'a bien dit qu'il a comme ennemi la Finance. Ce qu'il ne nous a pas dit c'est qu'il a aussi pour maîtres les hommes d'affaires et les financiers qui tiennent l'Hexagone. En son temps, le premier ministre de gauche Lionel Jospin avait avoué qu'on ne pouvait rien faire. Face à qui ? Aux hommes d'affaires et aux financiers qui gouvernent vraiment ce pays.

Que l'ange Mabanckou qui sort de l'angélisme et découvre la cause douloureuse de notre peuple en 2016 est louable mais nous, cela fait 20 ans que nous le savons. Tandis que Lui voyait les "Lumières de Pointe-Noire", nous voyions les Ténèbres de tout un pays. Quand l'ange redevient un homme, il perd son innocence et va frapper directement à la porte de dieu. Cependant, dieu-Hollande semble tenu par les Bolloré, Bouygues et Total qui sont des super-dieux.

Je l'ai dit à l'assemblée nationale française : il faut que le Congo entre en zone de turbulence pour que la France demande à son gouverneur noir qui la sert si bien de partir. Sans insurrection populaire ou militaire, c'est Denis Sassou Nguesso qui sortira vainqueur de ce bras de fer car le fer dans son bras c'est la puissance de l'ex-toujours puissance coloniale : la France...

 

LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents