Des emplois mensongers. La manipulation des données du chômage aux États-Unis - MIRASTNEWS
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MIRASTNEWS

MIRASTNEWS

Informations capitales, stratégiques et véridiques


Des emplois mensongers. La manipulation des données du chômage aux États-Unis

Publié par Jean de Dieu MOSSINGUE sur 5 Juin 2016, 05:26am

Catégories : #Economie

3 juin 2016. Aujourd'hui, le Bureau des statistiques de l’emploi (The Bureau of Labor Statistics) a annoncé que l'économie américaine a créé seulement 38.000 nouveaux emplois en mai et revu à la baisse par 59.000 emplois sur les gains précédents en Mars et Avril.

Pourtant, le BSE (BLS) a rapporté que le taux de chômage est tombé de 5,0 à 4,7 pour cent, un chiffre généralement considéré comme le plein emploi.

Les emplois peuvent augmenter, mais ne couvre qu'une petite fraction de la croissance mensuelle de la population active et, par conséquent, ne peuvent pas être pris compte dans la baisse du chômage.

En outre, le BLS a rapporté que le taux de participation à la population active a diminué de 0,2 point de pourcentage, ce qui porte la baisse de 0,4 point de pourcentage au cours des deux derniers mois. Normalement, un marché du travail fort, tel que celui représenté par un taux de chômage de 4,7%, provoque une augmentation du taux de participation de la population active.

La question devient: Quelle est la réalité du taux de chômage de 4,7%?

La réponse est: Pas du tout.

Le taux de chômage a diminué parce que les gens incapables de trouver un emploi ont cessé la recherche et ne sont plus considérés comme étant dans la population active. Si vous faites partie des chômeurs, mais pas considérés comme de la force de travail, vous n'êtes pas inclus lorsque le chômage est mesuré. Le BLS dit qu'en mai, il y avait 1,7 million d'Américains qui "voulaient et étaient disponibles pour travailler", mais "n'ont pas été comptés comme chômeurs parce qu’ils n’avaient pas cherché du travail au cours des 4 semaines précédant l'enquête."

En d'autres termes, le taux de chômage est une mesure inutile du chômage, tout comme l'indice des prix à la consommation ne mesure plus l'inflation. Elles ont été auparavant des mesures statistiques utiles et ont été converties en de bonnes nouvelles propagandes.

Une autre incohérence est le rapport du BLS qui stipule que, malgré le faible taux de chômage en mai presque un demi-million d'Américains ont été contraints à des emplois à temps partiel, puisque l'emploi à temps plein n’était pas disponible.

La semaine de travail moyenne ne dépasse pas plus de 40 heures. Le rétrécissement de la semaine de travail moyenne à 34,4 heures (Mai) est une autre raison de la baisse du revenu réel médian des familles. En supposant que 3 semaines de vacances, une semaine de travail de 34,4 heures est 274,4 heures de moins par an. À 20 $ par heure, par exemple, une semaine de travail de 34,4 heures produit un revenu annuel 5488 $ de moins d'une semaine de 40 heures.

La perte de revenu annuel est supérieure pour beaucoup. La moyenne est le résultat de courtes et plus longues semaines de travail. Les semaines de travail plus courtes qui tirent vers le bas de la moyenne ne sont pas des emplois à temps plein et ne reçoivent donc pas les prestations de santé et de retraite.

Tout comme Washington et les médias presstitués mentent sur tout le reste, ils mentent à propos de l'économie.

Les États-Unis d'Amérique ont été réduits à un château de cartes dont le fondement est le mensonge.

Combien de temps peut-il tenir?

Paul Craig Roberts

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

La source originale de cet article est Paul Craig Roberts

Copyright © Dr. Paul Craig Roberts, Paul Craig Roberts, 2016

Source: Globalresearch

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents