Daesh creuse des tranchées à la frontière turque, Ankara détourne le regard (EXCLUSIF) - MIRASTNEWS
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MIRASTNEWS

MIRASTNEWS

Informations capitales, stratégiques et véridiques


Daesh creuse des tranchées à la frontière turque, Ankara détourne le regard (EXCLUSIF)

Publié par Jean de Dieu MOSSINGUE sur 14 Juin 2016, 23:59pm

Catégories : #Politique internationale, #Terrorisme

© Capture d'écran, vidéo RT

© Capture d'écran, vidéo RT

L’armée turque a reçu l’ordre d’ignorer les activités de Daesh à la frontière avec la Syrie, laissant libre cours aux djihadistes de creuser des tranchées et poser des mines, ont fait savoir à RT des habitants de la ville frontalière de Kargamış.

Le gouvernement du président turc Recep Tayyip Erdogan s’est récemment montré désireux d’afficher une position dure envers Daesh, avec les informations concernant les opérations militaires contre le groupe terroriste qui font les gros titres des médias du pays.

Cependant, RT a appris que la situation sur le terrain était très différente de celle qui est présentée par Ankara, quand sa correspondante Lizzie Phelan s’est rendue à Kargamış, située tout près de la zone frontalière contrôlée par Daesh.

Les combattants de Daesh et leurs fortifications dans la ville syrienne de Jerablus sont «étonnement visibles» de l’autre côté de la clôture, a rapporté la correspondante de RT.

«Lorsqu’on zoome de l’autre côté de la frontière, en haut de cet édifice rose, nous pouvons clairement voir le drapeau de l’Etat islamique», a-t-elle remarqué.

Lizzie Phelan a indiqué avoir vu «des véhicules bouger juste de l’autre côté de la clôture [au-delà de la frontière] et a entendu les djihadistes «faire des annonces par les haut-parleurs disant ”Dieu aide Daesh dans son combat”».

Le groupe terroriste qui contrôle 98 kilomètres de frontière a aussi creusé de vastes tranchées, tâche qui a pris plusieurs mois à être effectuée, mais qui a été complètement ignorée par l’armée turque.

Le propriétaire d’un magasin de la ville, Bulent Polat, un des rares à être resté à Kargamış, a confirmé à RT que les djihadistes avaient construit des fortifications sans problème, sous le nez des troupes turques.

«Ce sont les tranchées que Daesh a creusé, nous pouvons les voir. Nous pouvions facilement les voir faire. C’est très proche de la frontière, à environ 50 mètres. Si vous pouvez voir les tranchées d’ici aujourd’hui, vous auriez dû les voir en chantier avec tout leur équipement», a-t-il confié.

Enquête de RT EXCLUSIVE : les preuves d'un lien particulier entre la #Turquie et #Daesh >> https://t.co/pl1jqlyS6Jpic.twitter.com/5qyADHQGO8

— RT France (@RTenfrancais) 24 mars 2016

Grâce à ses vidéos, Bulent Polat peut témoigner comment l’armée turque a fermé les yeux sur les activités des djihadistes à Jerablus. On peut entre autres observer la façon dont Daesh s’est approché des positions de l’armée turque et a posé des mines, sans être inquiété.

Les mines autour de Jerablus ont rendu presque impossible la possibilité pour les civils de fuir la ville tenue par Daesh.

«Quand Daesh a lancé des roquettes et que des fonctionnaires de haut rang venaient constater les dégâts, nous leur demandions : “Pourquoi ne faites-vous rien ?“, ils répondaient que l’ordre qui vient d’en haut consiste seulement à entreprendre des mesures de sécurité pour les soldats», a souligné Bulent Polat.

Pour le propriétaire du magasin, «si l’armée en a l’ordre, cela ne lui prendra que 24 heures pour en terminer avec Daesh» dans la région.

Cependant, il n’y a pas que les services de sécurité turcs qui ont détourné le regard, puisque les avions de la coalition internationale ont vu aussi les tranchées être creusées et n’ont rien entrepris.

«Chaque fois que nous voyions un avion de la coalition dans le ciel, nous nous disions “oh, c’est un faux“», a expliqué ironiquement Bulent Polat.

Il a aussi souligné que la frontière turco-syrienne était loin d’être impénétrable et s’est proposé à l’équipe de RT de la traverser, prévenant par contre que la correspondante devrait porter une burqa, ce voile intégral porté par les femmes musulmanes, afin d’assurer sa sécurité.

«Vous n’allez pas vous identifier comme journaliste, autrement vous êtes morte», a-t-il ajouté.

Les habitants estiment que les homme politiques du parti au pouvoir, l’AKP (Parti de la justice et du développement), sont des traitres à qui on ne peut pas faire confiance, depuis qu’ils ont laissé leur peuple vivre dans le voisinage de Daesh sans bouger le petit doigt.

«Je ne voterai pas pour l’AKP même s’il m’offre toute la ville de Kargamış».

Les accusations comme quoi le gouvernement turc entretient des liens avec Daesh ont connu une récente recrudescence dans les derniers mois, alors que certains accusent le président Erdogan de soutenir le groupe terroriste afin de se débarrasser de son vieil ennemi Bachar el-Assad.

Source: RT France

Près de 100 terroristes d'al-Nosra massés à la frontière syro-turque

© Sputnik. Ilya Pitalev

© Sputnik. Ilya Pitalev

Les terroristes du Front al-Nosra continuent de torpiller le régime de cessez-le-feu en vigueur en Syrie depuis le 27 février.

Une centaine de terroristes du Front al-Nosra armés d'arsenal lourd sont arrivés dans la zone de la frontière syro-turque, rapporte le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie dans un communiqué.

"Selon les informations fournies par les habitants de l'agglomération de Kbana (province de Lattaquié), près de 100 terroristes du Front al-Nosra armés d'arsenal lourd sont arrivés dans la zone de la frontière syro-turque", indique la source.

Et de préciser que les extrémistes de cette organisation avaient pilonné à l'artillerie et aux mortiers plusieurs quartiers résidentiels d'Alep ainsi que l'agglomération de Handrat et l'aéroport d'Al-Nayrab (province d'Alep). Des attaques similaires ont en outre eu lieu dans les provinces de Hama, de Damas et de Lattaquié.

 

La Syrie est le théâtre d'un conflit armé depuis mars 2011. Selon l'Onu, dont les dernières statistiques remontent à 18 mois faute de données, cette guerre a déjà fait plus de 250.000 morts et poussé des millions de personnes à l'exil.

La Russie et les États-Unis ont convenu d'un cessez-le-feu en Syrie à compter du 27 février à minuit. Les frappes contre Daech, le Front al-Nosra et d'autres groupes reconnus comme terroristes par le Conseil de sécurité de l'Onu se poursuivent néanmoins.

Source: Sputniknews

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents