CONGO : les comploteurs célèbrent le transfert en prison de leur otage Jean-Marie Michel MOKOKO, vrai vainqueur du premier tour de l’élection présidentielle (mis à jour) - MIRASTNEWS
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MIRASTNEWS

MIRASTNEWS

Informations capitales, stratégiques et véridiques


CONGO : les comploteurs célèbrent le transfert en prison de leur otage Jean-Marie Michel MOKOKO, vrai vainqueur du premier tour de l’élection présidentielle (mis à jour)

Publié par Jean de Dieu MOSSINGUE sur 19 Juin 2016, 19:43pm

Catégories : #Congo, #Politique internationale, #Sassou, #Mokoko

Le clan Sassou NGUESSO fête le transfert de leur otage à la maison d'arrêt.

Le clan Sassou NGUESSO fête le transfert de leur otage à la maison d'arrêt.

Voici sur la photo ci-dessus comment Jean Dominique OKEMBA, Edgard NGUESSO, Jean François NDENGUET et les autres ont célébré un des maillons de l’opération « Coller les affaires », après avoir pris en otage depuis plus de 2 mois le vrai vainqueur du premier tour de l’élection présidentielle du 20 mars 2016, à savoir le Général Jean Marie Michel MOKOKO et l’avoir transféré dans une cellule de prison dit-on empoisonnée.

Certains annoncent un coup d’Etat perpétré par Jean Dominique Okemba par des mercenaires stationnés à la frontière des pays suivants : RCA, RDC et Congo-Brazzaville. Nous n’y croyons pas pour le moment, étant donné que le clan sait qu’il ne peut pas se permettre un tel évènement en ce moment.

Si Jean-Marie Michel MOKOKO avait pu détenir des armes de guerres et comploter contre l'Etat réellement, il n’aurait pas été retenu en otage pendant plus de deux mois, il aurait tout simplement été arrêté, et la Cour constitutionnelle n’aurait pas permis pour ce motif de se présenter à une élection présidentielle qu’il a gagnée largement sans difficulté.

Les armes de guerre dont on parle sont une invention des comploteurs qui ont utilisé les leurs pour tromper l'opinion publique nationale et internationale. Et le coup d'Etat? Les éléments étaient connus de ces comploteurs depuis 2007 et l'affaire avait été classée par ceux qui le persécutent maintenant, car elle ne représentait aucun danger. Il est même resté jusqu'à sa candidature à la magistrature suprême, conseiller du président de la République.

Le motif des armes est faux, car malgré qu'ils soient des hauts responsables de l'Etat, les comploteurs entretiennent des milices privées armées jusqu'aux dents, parallèlement à la police et l'armée nationales. Et à tous les opposants jugés les plus dangereux pour le pouvoir, ils collent toujours le même motif sur le dos. Le Général Jean Marie Michel MOKOKO a d'ailleurs réfuté en bloc les accusations qui sont abusivement portées contre lui, selon Maître IBOUANGA.

C'est le Ministre de la justice Pierre Mabiala, affilié de longue date au clan Sassou qui a demandé une accélération de la "procédure" contre le vainqueur du premier tour à l'élection présidentielle du 20 Mars 2016, ayant recueilli 37% des voix contre 8% pour l'usurpateur Denis Sassou NGUESSO qui a profité de sa position officielle pour faire un hold-up électoral.

Des journalistes de TV5 Monde et DRTV (Digital radio télévision, une chaîne proche du pouvoir) ont été même mis aux arrêts et en garde à vue dans les locaux de la police de la localité de Bétou le 18 juin, sur ordre du préfet de la Likouala, dans le nord du pays, alors qu'ils faisaient un reportage banal sur les réfugiés centrafricains dans la localité, dans le cadre du programme des nations unies sur la journée internationale des réfugiés du 20 juin..

Parmi ces journalistes se trouvaient Alain Shungu. Ce dernier a été libéré ce dimanche et il lui a été signifié avec ses confrères d'aller plutôt à Brazzaville. Les autres journalistes sont Maixent Foutou et Flavien BANZOUZI (caméraman) de DRTV.

En ce qui concerne les conditions d'incarcération du Général Jean Marie Michel MOKOKO, le procureur de la République Oko Ngakala a interdit les visites, sauf ceux de ses avocats qui sont pour l'instant tolérés et a donné l'ordre que sa cellule soit fermée 24h/24.

Cela va naturellement à l'encontre du règlement intérieur de la prison qui stipule que les cellules ordinaires de la maison d'arrêt doivent être laissées ouvertes tous les jours de 10h à 16 h et les cellules VIP de 8h à 18h. Selon des sources, il serait dans la cellule 19. Il dort à même le sol. Les comploteurs se sont-ils ravisés d'empoisonner au dernier moment la cellule compte tenu de l'extrême médiatisation de l'opération "Coller les affaires"?

Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents