Combattants de la liberté» au Venezuela, «casseurs» en France, le deux poids deux mesures des médias français - MIRASTNEWS
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MIRASTNEWS

MIRASTNEWS

Informations capitales, stratégiques et véridiques


Combattants de la liberté» au Venezuela, «casseurs» en France, le deux poids deux mesures des médias français

Publié par Jean de Dieu MOSSINGUE sur 13 Juin 2016, 02:18am

Image: Reseau international

Image: Reseau international

D’un côté, un pays à feu et à sang et un peuple qui manifeste contre un Président honni. De l’autre, une minorité de grévistes et de casseurs qui bloquent le pays. Voilà en substance le traitement médiatique de l’actualité au Venezuela et en France. Une misère journalistique qui a atteint son paroxysme.

Depuis quelques semaines, le Venezuela fait de nouveau la Une de l’actualité internationale. Crise économique et politique, effondrement de l’État, pénuries, crise humanitaire… A entendre certains médias, le pays serait en train de vivre une situation apocalyptique. Alors il ne s’agit pas ici de minimiser la crise profonde que traverse le Venezuela notamment sur le plan économique mais de rétablir certaines vérités et de démasquer certaines manipulations parfois grossières.

Le 18 mai dernier, le JT de 20h de France 2 a diffusé un court reportage sur le Venezuela intitulé: «Venezuela: tension extrême entre l’opposition et les forces de l’ordre». Autant vous dire tout de suite que ce sujet n’a fait qu’accentuer la vision caricaturale largement véhiculée dans les médias selon laquelle l’État vénézuélien deviendrait de plus en plus autoritaire et réprimerait à tout-va toute opposition.

Le reportage filme d’abord une foule de manifestants pacifiques rassemblés sur une place de Caracas criant des slogans anti-Maduro. On y voit ensuite un jeune homme se dresser face à un cordon de policiers. La journaliste affirme alors: «Des milliers d’opposants réclament le départ du président Maduro et font face à des forces de l’ordre déployées en nombre bien décidées à les empêcher de défiler» avant d’ajouter «blessés, certains manifestants n’iront pas plus loin» en montrant l’image d’un homme saignant abondamment de la tête. Un téléspectateur lambda qui voit ces images et écoute ce genre de commentaires sera presque automatiquement amené à penser que le Venezuela est en effet un État «autoritaire» où le droit de manifestation est bafoué et où le peuple est réprimé. Mais est-ce vraiment la réalité? Pas vraiment.

En effet, cette image presque romantique d’un peuple assoiffé de liberté et de démocratie face à des forces de l’ordre féroces relève ici d’une conception assez biaisée de la situation. Car, comme en 2014 lors des manifestations des fameux guarimbas qui ont causé la mort de 43 personnes, une partie des manifestants qui descendent aujourd’hui dans les rues ne cherchent qu’à déstabiliser le pouvoir et à créer le chaos. Ils vandalisent, pillent les magasins et s’en prennent violemment aux policiers et pourtant ils continuent à être encensés par la majorité des médias occidentaux.

Mais au fait, pourquoi les gens manifestent-ils? La journaliste nous apprend à propos que les Vénézuéliens sont «laminés par la crise, les pénuries alimentaires, la corruption» avant de donner la parole à…un opposant bien sûr: «On en a assez de la corruption, on en assez des files d’attente pour se nourrir, tous les jours ils nous enfument avec leur prétendue guerre économique. La seule guerre qui existe c’est celle que le gouvernement mène contre nous».

Il est vrai que le gouvernement bolivarien a commis de nombreuses erreurs ces dernières années et que la corruption reste un fléau au Venezuela. Pour autant, pointer seulement du doigt les échecs du gouvernement ne suffit pas à comprendre la réalité économique. La nation sud-américaine fait face en effet depuis des années à une terrible guerre économique menée par les secteurs oligarchiques du pays qui s’est particulièrement intensifiée depuis la mort d’Hugo Chavez en 2013. Cette croisade contre la Révolution Bolivarienne, largement comparable à celle dirigée contre Salvador Allende dans les années 1970, est à l’origine des graves pénuries et désapprovisionnement qui frappe le Venezuela. Il ne se passe plus une semaine sans que les autorités nationales ne mettent la main sur des tonnes de produits de première nécessité cachés dans des hangars ou enterrés. Cette stratégie visant à «faire hurler l’économie» cherche par ailleurs à monter le peuple contre le gouvernement. Mais malheureusement, France 2 n’évoquera pas une seule seconde ces faits. Ce genre de reportage à charge contre la Révolution Bolivarienne ne permet donc pas aux téléspectateurs de se faire une idée objective de la situation dans le pays. L’absence de contextualisation, le manque de données, l’occultation de certains faits mène à l’impossibilité de se faire une idée un peu plus claire des événements qui se jouent outre Atlantique.

Ce traitement médiatique qui encense les manifestants et épingle durement le pouvoir tranche radicalement avec les manifestations contre la loi travail en France.

Les journalistes et éditorialistes n’ont jamais autant mieux porté leur surnom de «chiens de garde» que ces derniers mois.

En effet, ils n’ont cessé en bons défenseurs du libéralisme de chanter les louanges de cette loi. Ils ont été les meilleurs VRP du gouvernement. Du matin au soir, dans les radios, à la télévision et dans les journaux, ils ont déversé leur catéchisme libéral. Mais leur défense de l’ordre établi n’est pas le fait le plus marquant, on y est effet habitué depuis des décennies. Ce qui s’est avéré particulièrement choquant et honteux, c’est cette défense inconditionnelle de l’État et des forces de l’ordre.

Prétextant la violence de certains «casseurs», les médias se sont faits les avocats inconditionnels de la police en minimisant leurs violences voire souvent en les occultant. Combien de brutalités policières ont été passées sous silence? Combien de cas de journalistes empêchés de faire leur travail et de couvrir les manifestations ont-ils été évoquées? Très peu.

Par contre, lorsque les policiers se sont rassemblés pour dire leur ras-le-bol, toutes les rédactions étaient sur le qui-vive pour recueillir les témoignages des martyrs de l’ordre public.

En insistant sur les «violences», la couverture médiatique des manifestations contre la loi travail a ainsi totalement occulté le fond de la loi, les revendications des salariés, les raisons leur colère et leur rejet du système dans son ensemble.

Malheureusement, le journalisme est devenu un marché sur lequel chacun des médias tente de tirer son épingle du jeu et cela passe par un appauvrissement tragique de l’information au détriment de l’émotion, du spectaculaire, du buzz et aboutit en fin de compte à la médiocrité.

Source: Journal de Notre Amérique n°15, juin 2016, Investig’Action

*Journaliste et correspondant en Argentine pour Investig’Action

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents