APPEL DU 18 JUIN 2016 POUR LA LIBERATION DES PRISONNIERS POLITIQUES AU CONGO - MIRASTNEWS
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MIRASTNEWS

MIRASTNEWS

Informations capitales, stratégiques et véridiques


APPEL DU 18 JUIN 2016 POUR LA LIBERATION DES PRISONNIERS POLITIQUES AU CONGO

Publié par Jean de Dieu MOSSINGUE sur 20 Juin 2016, 04:48am

Catégories : #Politique internationale, #Congo, #PCT

Parti Congolais du Travail                                               République du Congo

 

 

 

Appel du 18 juin 2016

des Membres du Parti Congolais du Travail

de France et d’Europe.

 

1- Eu égard à l’événement majeur que fut, pour notre jeune démocratie, la Conférence Nationale Souveraine il faut, malheureusement, déplorer que les idées généreuses qui y avaient été développées soient de nouveau remises en cause par le tripatouillage constitutionnel et ses conséquences désastreuses d’une part, et par la mise en veilleuse du Parti Congolais du Travail (P.C.T.) d’autre part, à l’instar des années de plomb qui suivirent les assassinats des présidents Marien Ngouabi et Alphonse Massamba-Débat, du prélat de l’église catholique Emile Biayenda, et de bien d’autres Congolais, ainsi que le déroulement de procès expéditifs

2- Un vrai débat démocratique est nécessaire au sein du Parti Congolais du Travail parce que, l’indifférence n’est plus de mise. Il ne faut donc plus se voiler la face : le président Denis Sassou Nguesso a désavoué la direction politique du Parti Congolais du Travail par la ressuscitation de multiples associations et groupes de soutien, ce qui est contraire aux recommandations du VIème Congrès Extraordinaire du Parti. Cette attitude du président du Comité Central, suppose qu'il y a d'un côté le cercle des intimes, gestionnaires occultes et de l'autre celui des exécutants et serviteurs corvéables à merci.

3- Or, en dehors des sessions, les critiques les plus virulents proviennent des membres du Comité Central. Cette attitude hypocrite due au climat de méfiance et de clientélisme est suscitée par l’arrogance des puissants du cercle présidentiel et la cupidité des nouveaux riches. Le Parti doit rompre avec tous ceux-là. À défaut, il sombrera avec ces membres dont le comportement est éloigné de l’éthique prônée par ses statuts.

4- À l’issue de sa session de décembre 2014, le Bureau politique du Comité Central concluait son rapport par la réflexion suivante : « L’avenir n’est pas écrit d’avance, c’est au peuple congolais de le concevoir, de le bâtir, avec audace. Il faut faire preuve de générosité et de sagesse parce qu’il faudra rassembler, rassurer, écouter, inclure et partager ; c’est la tâche qui incombe aux femmes et hommes congolais de toutes conditions, de toutes origines et le Parti Congolais du Travail n’a pas le choix. Il doit l’assumer ». Aujourd’hui, il n’en reste rien.

5- Le Parti Congolais du Travail ne joue même plus son rôle de pilier de la majorité présidentielle : il n’est plus que l’ombre de lui-même (voir la lettre ouverte du 20 janvier 2015 de Charles Zacharie Bowao, membre du Bureau politique) et, pas d’idéologue vertueux, ni de gardien du livre sacré. En revanche, il est rempli de dirigeants compromis dans des apories institutionnelles, nombrilistes et totalement déconnectés des réalités du terrain.

 

Nous, Membres du Parti de la Fédération de France et d’Europe

1- exprimons nos vives préoccupations face à la crise post-électorale qui sévit dans notre pays et aux tensions graves qui persistent dans la sous-région d’Afrique centrale. Nous exprimons aussi notre profonde indignation au vu du recul démocratique au Congo et en Afrique centrale, contrairement à ce qui se passe en Afrique occidentale.

2- invitons respectueusement le président Denis Sassou Nguesso à stopper l’escalade de la violence publique et de la terreur politique, que nous désignons naguère sous le vocable de “démocratie d’intimidation”, et que nous condamnions fermement déjà.

3- soutenons que l’apaisement du climat politique ne peut s’obtenir ni dans la violence publique ni dans l’inquisition judicaire. Attachés que nous sommes à la paix et à la concorde nationale.

4- exigeons la libération sans condition de tous les prisonniers politiques, y compris celle du général Jean-Marie Michel Mokoko.

5- invitons le Secrétariat Permanent du Comité Central à convoquer sans délai une session ordinaire pour examiner sans complaisance ni couardise la situation politique, économique et financière afin de participer au dialogue d’une sortie de crise sans exclusive.

6- invitons les membres du Parti Congolais du Travail de France et d’Europe à prendre part à la préparation de l’Assemblée Générale Extraordinaire de France et d’Europe, conformément au règlement intérieur adopté le 21 juin 2014, afin d’examiner la vie du Parti en Europe et au Congo et la situation politique de notre Nation.

 

Fait à Paris, le 18 juin 2016

 

Isaac Djoumali Sengha, Benjamin Moussala, Alban Beau, Joseph Dzongodi, Martin Likibi, Marcel Mvoundou, Frédérique Loumeto, Frédéric Bobongo, Rinala Aya, Désiré Boris Bamba, Alphonse Mannée Batschy, Viviane Koumou, Lucienne Ngouto Moukoulo, Ludovic Kokolo, Jean Bastien, franck Nganziri, Pierre Socath

                Membres du Parti Congolais du Travail.

 

Ampliation :

- Président du Comité Central Denis Sassou Nguesso ;

- Secrétariat Permanent du Comité Central ;

- La Commination Nationale de Contrôle et d’Évaluation ;

- Membres du Comité Central du P.C.T. ;

- Membres de la Commission d’honneur du P.C.T. ;

- Membres du Parti Congolais du Travail ;

- Aux partis de l’International socialiste ;

- Aux sections socialistes des partis africains ;

- Aux associations des droits de l’homme ;

- Grand public.

 

MIRASTNEWS

Lire aussi:

CONGO : les comploteurs célèbrent le transfert en prison de leur otage Jean-Marie Michel MOKOKO, vrai vainqueur du premier tour de l’élection présidentielle (mis à jour)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents