Ali Bongo à Oyo : Pour une clarification du débat sur son état-civil? + Congo-Brazzaville/Gabon : Voici les dessous de la visite d’Ali Bongo chez le dictateur Sassou à Oyo - MIRASTNEWS
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MIRASTNEWS

MIRASTNEWS

Informations capitales, stratégiques et véridiques


Ali Bongo à Oyo : Pour une clarification du débat sur son état-civil? + Congo-Brazzaville/Gabon : Voici les dessous de la visite d’Ali Bongo chez le dictateur Sassou à Oyo

Publié par Jean de Dieu MOSSINGUE sur 10 Juin 2016, 17:13pm

Catégories : #International

Ali Bongo à Oyo : Pour une clarification du débat sur son état-civil? +  Congo-Brazzaville/Gabon : Voici les dessous de la visite d’Ali Bongo chez le dictateur Sassou à Oyo

Ali Bongo à Oyo : Pour une clarification du débat sur son état-civil?

Alors que le Congo est un élément essentiel dans le débat sur sa situation administrative, le président de la République semble avoir voulu montrer que les relations avec son homologue congolais ne sont pas si exécrables

Ali Bongo et Denis Sassou Nguesso, en janvier 2013 à l’aéroport de Libreville. © AFP

Officiellement, la rencontre Ali Bongo/Denis Sassou-Nguesso, les 4 et 5 juin dernier à Oyo, avait pour but de «faire le point de la coopération bilatérale». Selon nos confrères de L’Union, dans cette ville du Nord-Congo, les deux chefs d’Etat ont eu des discussions sur la crise liée à la chute du prix du baril de pétrole ainsi que sur la paix et la sécurité dans la sous-région, notamment le retour de la stabilité en Centrafrique, la prévention et la gestion des conflits et la lutte contre le terrorisme.

Certains croient avoir compris que les deux chefs d’Etat ont tenu à montrer à la communauté internationale que leurs rapports ne sont pas aussi exécrables qu’on le dit. Pour la majorité au pouvoir, cette visite atteste de ce que le président de la République est respecté et apprécié par ses pairs d’Afrique centrale.

N’empêche, la période choisie pour cette visite pourrait avoir un sens caché. Alors que certains affirmaient, il y a quelques temps, que les présidents gabonais et congolais entretiennent des relations peu cordiales, à l’approche de la prochaine présidentielle, cette rencontre pourrait donner lieu à toutes les interprétations.

En se rendant à Oyo, où il a été accueilli avec faste, Ali Bongo a-t-il voulu s’assurer du soutien de son homologue ? Le président congolais sera-t-il encore soupçonné de collusion avec l’opposition gabonaise ? Jouera-t-il un rôle particulier dans la clarification du débat sur la situation administrative d’Ali Bongo ? Pour ses laudateurs, en déposant une gerbe de fleurs sur le mausolée d’Edith-Lucie Bongo Ondimba, Ali Bongo a fait un pas de plus vers Denis Sassou Nguesso. «La famille» est-elle enfin réconciliée ? Certains y répondent par l’affirmative, insistant sur le fait qu’Ali Bongo avait été invité à l’investiture de Denis Sassou-Nguesso. Quel sens donner à cette visite d’Ali Bongo ? Mystère.

http://gabonreview.com/blog/ali-bongo-a-oyo-clarification-debat-etat-civil/

Rencontre secrète Ali Bongo – Sassou Nguesso, ce 4 juin à Oyo

À 85 jours théoriques de l’élection présidentielle gabonaise, le climat politique est très tendu à Libreville, tout comme le sont les relations entre le Gabon et le Congo. Ce samedi, le président de la République gabonaise, profitant d’un sommet sur les questions de sécurité dans la sous-région, va avoir un entretien en tête-à-tête avec le chef de l’Etat congolais.

© gettyimages.com

Selon des sources diplomatiques, l’entretien entre les deux hommes se tiendra à Oyo, à à plus de 400 km de Brazzaville. Deux principaux sujets devraient être à l’ordre du jour de cet échange : l’affaire de l’acte de naissance d’Ali Bongo, dont les opposants ont récemment révélé qu’ils n’en avaient trouvé aucune trace à Brazzaville au Congo, et les questions de sécurité entre les frontières reliant les deux pays. Le courrier d’informations confidentielles, La Lettre du Continent, souligne pour sa part qu’Ali Bongo soupçonne son homologue et voisin congolais de soutenir ses deux principaux challengers, à savoir Jean Ping et Guy Nzouba Ndama. Le chef de l’Etat gabonais «craindrait également l’infiltration des milices venues de Brazzaville et favorables aux deux opposants à Libreville à la veille du scrutin présidentiel», indique la lettre d’informations confidentielles citée plus haut.

Depuis la prise de pouvoir d’Ali Bongo en octobre 2009, «les relations bilatérales se seraient passablement dégradées», selon des sources diplomatiques qui ajoutent que les deux chefs d’Etat ne se voient plus que lors de réunions sous-régionales et régionales ou de manifestations commémorant l’anniversaire de l’Indépendance du Congo, comme le 15 août de chaque année. Épiphénomène de la brouille relative de ces relations : la récente interpellation, par les forces de sécurité congolaises, de l’ambassadeur du Gabon au Congo dans sa résidence située dans un hôtel.

La rencontre de ce samedi devrait donc permettre une plus grande normalisation entre les deux chefs d’Etat et les deux pays.

http://gabonreview.com/blog/rencontre-secrete-ali-bongo-sassou-nguesso-4-juin-a-oyo/

Congo-Brazzaville/Gabon : Voici les dessous de la visite d’Ali Bongo chez le dictateur Sassou à Oyo

Il se sait qu'un homme politique ne se déplace pas pour voir un homologue pour rien. Même lorsqu'il s'agit d'aller voir un dictateur comme Denis Sassou Nguesso.

Tout a son importance : le moment (temps) comme le lieu (espace) de la rencontre. Nous n'oublions pas, bien entendu, l'objet de la rencontre (motif).

Le reste est juste une question d'enfumage de l'opinion. Lorsque Denis Sassou Nguesso reçoit un hôte à Brazzaville, cela n'a pas la même importance s'il le recevait à Oyo.

A Brazzaville, c'est une visite officielle ; à Oyo, une visite secrète ou privée. Il y a un proverbe de mon cru qui dit : Quand on entre dans la forêt de l'éléphant, on mesure l'épaisseur de sa puissance tantôt nuisible, tantôt bienfaisante...

Nous avons tous été surpris d'apprendre qu'Ali Bongo Ondimba s'était rendu à Oyo - pour la première fois rencontrer le monstre de l'Alima, son Eléphantissime tricheur infatigable Denis Sassou Nguesso, tout autant tricheur que tueur infatigable - avec impunité absolue.

Oyo est la capitale du royaume de Sassou. C'est un lieu chargé mystiquement où le souffle et l'odeur du diable se font sentir à chaque millimètre carré.

Qui s'y rend le fait à ses risques et périls tant sur le plan humain que politique.

Cependant, on peut aussi en revenir avec des mallettes pleines ou un quelconque avantage en nature comme un nouvel acte de naissance. Qui sait ?

Ali Bongo Ondimba n'a certainement pas manqué de se barricader mystiquement derrière de puissants fétiches vaudous que lui aurait fournis son directeur de cabinet Acrombessi.

Ce n'est un secret pour personne qu'Ali et Sassou bien que parents par alliance ne s'apprécient pas beaucoup mais, en famille - même par alliance, on se sert les coudes dans les moments difficiles.

Certains intérêts sont plus importants que les petites animosités personnelles qu'il faut diplomatiquement dépasser quand cela s'avère nécessaire.

Cela soulève tout de même quelques questions de notre part :

Pourquoi Ali Bongo Ondimba ne s'est-il jamais rendu auparavant à Oyo, ne serait-ce que pour honorer la mémoire de l'épouse défunte de son père ?

En assistant à l'intronisation du pseudo-chef d'Etat Sassou, dictateur nu d'une république prise en otage, Ali Bongo Ondimba a-t-il voulu se concilier les bonnes grâces de ce dernier ? Dans quel intérêt ?

Certains observateurs prétendent que le président gabonais, lui-même mal élu par ailleurs, voulait que cette visite passe inaperçue dans les médias.

C'était sans compter sur le crocodilosaure de l'Alima qui a vite fait d'ébruiter sa présence à Oyo.

Une chose est certaine, Ali avait besoin de rencontrer Sassou. Il s'agit de se demander pourquoi. Sa visite est-elle liée à la prochaine élection présidentielle gabonaise ?

En tout cas, ce n'est pas pour aller admirer les vaches de Sassou qu'Ali s'est rendu à Oyo. L'hypothèse liant la visite d'Ali à l'élection présidentielle prochaine au Gabon a de fortes chances d'être vraie...

Voici une correspondance que nous avons reçue comme analyse et réflexion de la part d'un observateur avisé de la politique africaine, l'homme qui nous avait révélé que le Général Diendéré préparait un coup d'Etat au Burkina-Faso avec cinq mois d'avance :

" Salut LDM,

Je te fais ce mail pour te donner un certain nombre d'infos.

1- Ali Bongo est allé à Oyo recevoir un acte de naissance des mains de Sassou. La question qu'on peut se poser est la suivante : Sassou est-il le papa de monsieur Ali Bongo Ondimba ?

Ali Bongo Ondimba dont le papa est mort, a une maman qui est encore vivante ; c'est elle qui devait lui remettre son acte de naissance selon nos us et coutumes. N'est-ce pas ? Pourquoi avoir accepté cette offre diabolique qui peut lui être fatale ?

2- Ali Bongo a-t-il mesuré les risques qu'il prend en allant recevoir un acte de naissance des mains du bourreau de son père, un bourreau qui soutient ses oppposants ?

Sait-il que Sassou l'accuse de vouloir le renverser quand bien même il a été battu dans les urnes mais qu'il cherche par tous les moyens à faire des sacrifices de sang pour rester au pouvoir ? Le sacrifice d'un chef de l'Etat est dans leur monde très important, à mon avis.

3- Comment la commission électorale indépendante du Gabon a-t-elle pu publier la date des élections présidentielles pour le 27 Août 2016 sans donner la liste des pièces à fournir pour les candidatures à cette importante échéance ?

Comment peut-on avoir décidé que les élections présidentielles se tiennent un samedi, alors qu'habituellement ,elles se sont toujours tenues le dimanche ?

A-t-on besoin de toute la journée du dimanche pour changer les chiffres afin d'inverser les résultats, proclammer les faux résultats tard dans la nuit, et mettre l'armée dehors comme le tsar d'Oyo l'a fait ?

Selon les dires, Patience Dabany, la maman d'Ali, lui aurait interdit de se rendre auprès de Sassou qui soutient l'opposition et qui aurait empoisonné le papa, lors des obsèques d'Edith Bongo à Oyo.

Voila l'analyse que je fais de la situation politique actuelle dans nos deux pays, et je ne sais pas ce que tu en penses. J'approuverai tes commentaires, cher cadet !

B. "

http://www.africa-info.org/afrique/9394-congo-brazzaville-gabon-voici-les-dessous-de-la-visite-d-ali-bongo-chez-le-dictateur-sassou-a-oyo.html

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents