AFRIQUE-LE RAPPORT DE FORCE DANS LE MONDE CONTEMPORAIN ! (Vidéo) - MIRASTNEWS
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MIRASTNEWS

MIRASTNEWS

Informations capitales, stratégiques et véridiques


AFRIQUE-LE RAPPORT DE FORCE DANS LE MONDE CONTEMPORAIN ! (Vidéo)

Publié par Jean de Dieu MOSSINGUE sur 9 Juin 2016, 04:22am

Catégories : #Politique internationale

AFRIQUE-LE RAPPORT DE FORCE DANS LE MONDE CONTEMPORAIN ! (Vidéo)

Cette « expérience propre à l’Afrique » mérite un examen plus approfondi de ses bases ontologiques. Celles-ci font encore défaut dans les recherches et dévoilent, pour ainsi dire, un déficit de rigueur que l’observe dans les tâches d’encadrement et de performation des étudiants. Il est temps que la recherche en Afrique noire sorte de sa torpeur sociologique. Il y a quelques années, nous sommes intervenus dans ce sens en soulignant les causes de tant d’errances épistémologiques. Elles sont les suivantes :

– le handicap psychosociologique né de la (trop) grande influence des présupposés épistémologiques de la rationalité dominante ;

– la forte parcellisation des disciplines universitaires et la difficulté conjointe d’une herméneutique du savoir africain ;

– le conformisme analytique des recherches universitaires souvent empreintes de mandarinat intellectuel ;

– la crétinisation d’une sociologie appauvrie par la méconnaissance d’une histoire et d’une culture africaines authentiques, objectives et cohérentes. » (3)

Nous n’avons pas changé d’avis. Nous pensons que la question de la méthode d’accès à la rationalité africaine impose une révision du cadre « classique » de la démarche analytique. La grande problématique est donc la suivante : quel système de visées cognitives et normatives peut permettre d’appréhender les phénomènes sociaux avec le maximum d’efficience ? Peut-on en confronter la dynamique introspective à la science de la complexité qui se fait ?

En engageant une telle problématique, nous mettons en conflit (salutaire) la domination cognitive de la logique « classique » et la sollicitation eschatologique du

sacré africain (finalité universelle).

Il est impératif, même du point de vue de la simple analyse, de resituer un tel débat au niveau des logiques de construction paradigmatique (occidentale et africaine) et celui du sens à donner à leur affrontement séculaire. Un examen de leurs séquences organisatrices, sur les plans à la fois anthropologique, historique, ontologique et religieux s’impose.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents