Les vaines gesticulations françaises + Algérie : l'ambassadeur de France accusé de «discrimination» en faveur des populations kabyles - MIRASTNEWS
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MIRASTNEWS

MIRASTNEWS

Informations capitales, stratégiques et véridiques


Les vaines gesticulations françaises + Algérie : l'ambassadeur de France accusé de «discrimination» en faveur des populations kabyles

Publié par Jean de Dieu MOSSINGUE sur 15 Mai 2016, 13:47pm

Catégories : #Politique internationale, #France, #Algérie

Les vaines gesticulations françaises

Avec les français, il y a toujours une excuse particulière pour justifier une déclaration intempestive, un geste déplacé voire une provocation gratuite à l’égard de l’Algérie. Ces derniers jours, c’est à un faisceau de comportements nuisibles que l’on assiste de la part de hauts responsables français qui s’adonnent à un acharnement inédit notamment sur l’état de santé du président Bouteflika.

De Sarkozy, à Debré en passant par Valls, Hollande, et plus loin Gérard Longuet et son horrible bras d’honneur, la France officielle nourrit une sorte d’horreur «cordiale» vis-à-vis de l’Algérie. Un pays que de larges secteurs de l’ancienne puissance coloniale considèrent à ce jour comme un paradis perdu. Cette «nostalgérie» est telle que l’on hésite pas à déverser son fiel sur les responsables algériens à chaque fois que l’occasion est offerte à un haut responsable français.

A grands renforts médiatique, l’establishment parisien de droite comme de gauche, rivalise sur la façon la plus cinglante de «casser» de l’Algérie. Pour ce faire, on puise dans le même réservoir qui englobe tout à la fois, l’islamophobie, l’assimilation des islamistes algériens à des terroristes, le révisionnisme de ce que fut la longue nuit coloniale et maintenant la maladie du président Bouteflika.

Sur la base de ces éléments, on élabore des scenarii parfois fantasmagoriques, on tire des plans sur la comète et on annonce même une guerre civile… ! Pourquoi tout ce boucan français à l’égard de l’Algérie qui est un pays indépendant depuis 1962 ?

Debré dit ce qu’il ne devait pas dire !

C’est à croire que Paris dispose encore d’un droit de regard sur la conduite à tenir en Algérie et que ses responsables doivent être associés à toutes les mesures à prendre. Jean-Louis Debré vient de se distinguer par un comportement pour le moins inélégant en se permettant de publier le contenu d’une discussion en tête à tête qu’il a eu avec le président Bouteflika.

Dans son livre à paraitre prochainement, Debré s’épanche sur «Ce que je ne pouvais pas dire». Quelle loyauté ! L’ancien président du Conseil constitutionnel français (2012-2016) raconte dans le menu détail l’échange qu’il a eu avec le président Bouteflika le 9 décembre 2015 à Alger, le décrivant très souffrant.

L’a-t-il autorisé à le faire ? Sans doute non. Mais Debré tout comme Valls qui a tweeté la fameuse photo ont le même objectif : Fourrer leur nez dans la cuisine algérienne et si possible, peser sur la succession espèrent-ils. Cela s’inscrit en droite ligne de cette campagne continue des politiques et des médias français visant à fragiliser l’Algérie en allumant des foyers de tension.

Sauf que ce jeu malsain produit l’effet inverse en ce sens que les algériens restent allergiques aux gesticulations de l’ancienne puissance coloniale. Ils savent que la France qui a toujours soutenu des régimes despotiques en Afrique et au Golfe a certainement un calcul derrière la tête.

http://www.algerie1.com/actualite/les-vaines-gesticulations-francaises/

Algérie : l'ambassadeur de France accusé de «discrimination» en faveur des populations kabyles

Source: AFP Ramtane Lamamra, ministre des Affaires Etrangères algérien

Source: AFP Ramtane Lamamra, ministre des Affaires Etrangères algérien

Le ministre algérien des Affaires étrangères a accusé le 12 mai l'ambassadeur de France de «discrimination» après ses propos polémistes relayés par la presse, mais démentis par l'ambassade. Un véritable imbroglio diplomatique.

Nouvelles tensions diplomatiques entre Paris et Alger. Bernard Emié, ambassadeur de France en Algérie aurait déclaré le 10 mai, lors d'une visite à Tizi Ouzou en Kabylie, que «60% des visas délivrés par son ambassade bénéficiaient aux habitants de la Kabylie et que 50% des étudiants algériens en France étaient des Kabyles». Ces propos ont ensuite été largement diffusés par la presse et relayés sur les réseaux sociaux.

Réagissant à la polémique, le ministre des Affaires Etrangères algérien Ramtane Lamamra a déploré le 12 mai, dans une déclaration publique, la «discrimination» pratiquée par l'ambassade de France dans sa politique d'octroi de visas et les «propos malheureux» de son homologue français.

L'ambassade de France à Alger a aussitôt réagi et démenti les propos attribués à Bernard Emié. «La France n'a aucune politique de quotas d'aucune sorte en matière de visas qu'elle traite dans un esprit d'égalité et de non-discrimination», a précisé l'ambassade dans un communiqué.

«En déplacement en Kabylie, l'ambassadeur de France n'a pas tenu à la presse les propos qui lui ont été attribués mais a simplement souligné au cours d'une réception à caractère privé avec la communauté française qu'il constatait que les habitants de cette région prenaient toute leur part dans les échanges entre l'Algérie et la France», a-t-elle ajouté.

Ce nouvel accroc dans les relations entre Paris et Alger intervient dans un contexte déjà tendu et la publication en avril dernier sur Twitter par Manuel Valls d'une photo du président Bouteflika visiblement très affaibli.

 

https://francais.rt.com/international/20642-algerie-lambassadeur-france-accuse-discrimination

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents