Le marché du pétrole échappe à tout contrôle + La sortie du marché russe a coûté 2 milliards USD aux banques étrangères - MIRASTNEWS
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MIRASTNEWS

MIRASTNEWS

Informations capitales, stratégiques et véridiques


Le marché du pétrole échappe à tout contrôle + La sortie du marché russe a coûté 2 milliards USD aux banques étrangères

Publié par Jean de Dieu MOSSINGUE sur 24 Mai 2016, 15:26pm

Catégories : #Economie

Le marché du pétrole échappe à tout contrôle

© AFP 2016 ALEXANDER KLEIN

© AFP 2016 ALEXANDER KLEIN

La montée triomphale des cours du pétrole de ces derniers jours, qui a permis à certains experts de parler d'une stabilisation possible du baril au-dessus de 50 dollars, semble toucher à sa fin.

La journée du lundi 23 mai a marqué une nouvelle chute du prix de l'or noir jusqu'à 48,17 dollars le baril.

Cette fois, la dégringolade a été provoquée par le vice-ministre iranien du Pétrole Rokneddin Javadi selon lequel Téhéran n'était pas disposé à plafonner sa production.

"Pour l'heure, les exportations du brut (iranien) sont à hauteur de 2 millions de barils par jour, au milieu de l'été elles atteindront 2,2 millions", a déclaré le fonctionnaire.

Cette déclaration de M.Javadi enterre définitivement les espoirs de plusieurs acteurs du marché de parvenir à une décision sur le gel de la production par les pays de l'OPEP, qui pourrait être adoptée hypothétiquement par le cartel le 2 juin à Vienne. L'Iran figure parmi les participants à cette prochaine rencontre et sans son accord tout gel est impossible.

D'une façon ou d'une autre, le nouvel échec des accords sur le gel de la production pétrolière confirme que la décision en ce sens ne sera jamais adoptée. Pis encore, aucun acteur du marché pétrolier mondial n'y est disposé. L'OPEP, autrefois toute-puissante, n'est plus en mesure de faire adopter une décision ferme.

L'explication est simple: aucun producteur n'est prêt à faire le premier pas et n'acceptera en aucune circonstance la réduction de sa production.

Cela veut dire que le statu quo basé sur le rôle dominant de l'OPEP appartient désormais au passé. La majorité des producteurs pétroliers disposent d'importantes ressources financières et sont prêts à la "libre navigation". L'unique chose qu'ils ne céderont jamais, c'est leur part du marché.

L'idéologue principal de l'idée du gel est le Venezuela. L'économie de ce pays est tellement dépendante du pétrole que la chute de son prix fait peser sur le pouvoir vénézuélien la menace d'une destitution.

Tous les autres producteurs de pétrole ne sont pas dans une situation aussi critique. Ils ne perdent pas l'espoir de pouvoir résister aux cataclysmes, de garder leur part du marché et, le cas échéant, de s'accaparer une partie de la part d'un partenaire moins résistant.

Bref, chacun pour soi.

https://fr.sputniknews.com/international/201605241025249089-marche-petrolier-incontrolable-opep-iran/

La sortie du marché russe a coûté 2 milliards USD aux banques étrangères

© Sputnik. Ilya Pitalev

© Sputnik. Ilya Pitalev

Rares sont les banques qui ont réussi à récupérer voire à accroître leurs investissements, les autres ont subi des pertes considérables et ont été contraintes de vendre ou de mettre la clef sous la porte.

Les banques étrangères, qui se sont débarrassés de leurs branches en Russie du fait de la crise actuelle, ont perdu environ 1,9 milliard USD (1,7 milliards d’euros). Elles ne sont pas parvenues à couvrir les pertes engendrées.

Selon le journal russe Izvestia, qui cite les résultats d’une étude de l'Agence de notation nationale, il ne reste que 68 banques étrangères en Russie, contre 77 en 2012.

Selon les données de l’enquête, c’est le groupe belge KBC qui a le plus souffert de cette crise (618,9 millions d’euros de pertes), suivi par la banque britannique Barclays Bank PLC avec 559,8 millions et la plus grande banque chypriote, Bank of Cyprus avec 397,5 millions d’euros de pertes. Faute de clients, plusieurs banques ont complètement quitté le marché russe. C’est le cas de Svenska Handelsbanken (47,8 millions d’euros), Rabobank (39,7 millions), IPF Investments Limited (5,2 millions) et Swedbank (3 millions).

La directrice de l'Agence de notation nationale Karina Artemieva a déclaré que les banques occidentales avaient commencé à quitter la Russie après la crise de 2008. Dans le même temps, elle a souligné que la majorité des banques ont décidé de se retirer uniquement en raison de considérations économiques, les sanctions internationales n’ayant pas, selon elle, pesé dans la balance.

Selon l’agence, les banques elles-mêmes ont expliqué leur choix par un changement de stratégie, prévoyant la réorientation vers d'autres marchés, mais également par le resserrement de la législation russe.

https://fr.sputniknews.com/economie/201605241025254648-banques-etrangeres-pertes-russie/

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents