La France participerait activement mais «discrètement» à la guerre au Yémen aux côtés des Saoudiens + Washington, Londres, Paris et Kiev défendent publiquement Al-Qaïda - MIRASTNEWS
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MIRASTNEWS

MIRASTNEWS

Informations capitales, stratégiques et véridiques


La France participerait activement mais «discrètement» à la guerre au Yémen aux côtés des Saoudiens + Washington, Londres, Paris et Kiev défendent publiquement Al-Qaïda

Publié par Jean de Dieu MOSSINGUE sur 12 Mai 2016, 21:04pm

Catégories : #Politique internationale

La France participerait activement mais «discrètement» à la guerre au Yémen aux côtés des Saoudiens

© Mohamed Al-SayaghiSource: Reuters

© Mohamed Al-SayaghiSource: Reuters

Un haut gradé français a confié au quotidien Le Figaro que la France était «très discrètement cobelligérante» dans un conflit devenu international, avec l’entrée en guerre de l’Arabie Saoudite à la tête d’une coalition de pays arabes.

Interviewé par le journaliste français Georges Malbrunot, un haut gradé en mission dans le Golfe, qui a désiré garder l'anonymat, a reconnu que l’Hexagone jouait un rôle de l’ombre dans le conflit.

I- Yémen: confidence d'un haut gradé français. "On fait des missions de reconnaissance ou des dossiers d'objectifs" (Figaro 11-5-2016).

«On fait des missions de reconnaissance ou des dossiers d'objectifs, non seulement par satellite, mais aussi avec des avions», aurait déclaré le militaire dans un entretien publié dans l’édition du 11 mai du Figaro. Il aurait ensuite reconnu le rôle «très discret» joué par Paris dans la guerre, affirme le reporter sur son compte Twitter.

II- Guerre au Yémen: "non seulement par satellite, mais aussi avec des avions », ajoute l'officier français.

En septembre 2014, le Yémen est devenu le théâtre d’une crise entre le président Abd Rabbo Mansour Hadi et les Houthis , une force d’opposition chiite restée fidèle à l’ancien président yéménite déchu, Ali Abdallah Saleh. En mars 2015, l’Arabie saoudite est intervenue dans le conflit, à la tête d’une coalition de pays arabes, en bombardant les positions des rebelles, mais également de nombreux civils, comme l’ont dénoncé à maintes reprises les associations de défense des droits de l’Homme.

III- Et le militaire de conclure que la France est « très discrètement cobelligérante » dans ce conflit entre Houthis et pro-saoudiens.

Depuis son internationalisation et la campagne de bombardements dirigée par l’Arabie Saoudite, le conflit a causé la mort de 6 400 personnes et fait plus de 30 000 blessés, selon les chiffres de l’ONU. Si un cessez-le-feu est officiellement entré en vigueur le 10 avril 2016, les combats continuent de faire rage.

https://francais.rt.com/international/20470-france-participe-guerre-yemen

Washington, Londres, Paris et Kiev défendent publiquement Al-Qaïda

Comme prévu, les États-Unis, le Royaume-Uni, la France et l’Ukraine ont tenté tout ce qui était possible (et impossible) de faire pour saboter la tentative russe d’inscrire les organisations de Jeich Al-Islam (Armée de l’Islam) et Ahrar Al-Sham (les hommes libres du Levant) sur la liste des organisations terroristes de l’ONU.

En fait, Jeich Al-Islam et Ahrar Al-Sham, deux puissantes organisations armées ultra-radicales dérivées d’Al-Qaïda et semant mort et désolation en Syrie, bénéficient officiellement de la protection de Washington, Londres, Paris et Kiev. Inimaginable?

Si les motivations des ukrainiens sont connues et par ailleurs bien puériles, celles animant américains, britanniques et français demeurent fort obscures. Elles contredisent même toute la rhétorique de ces pays concernant la lutte contre le terrorisme et prouve par la même occasion la faillite totale des stratégies suivies jusque là en matière de politique étrangère. « Moi ou le déluge! » On y est.

Désormais, on se moque ouvertement de l’opinion du pauvre citoyen américain ou européen moyen. Lutte contre Al-Qaïda et Daech. Puis protection de ces derniers par tous les moyens possibles.

Qui sont les vraies terroristes en fin de compte?

https://strategika51.com/2016/05/12/washington-londres-paris-et-kiev-defendent-publiquement-al-qaida/

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents