La déprime des prix des matières premières pourrait durer une quinzaine d’années, selon le cabinet Cyclope + Sur les pas des grandes puissances mondiales, la Corée du Sud accélère son offensive économique en Afrique - MIRASTNEWS
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MIRASTNEWS

MIRASTNEWS

Informations capitales, stratégiques et véridiques


La déprime des prix des matières premières pourrait durer une quinzaine d’années, selon le cabinet Cyclope + Sur les pas des grandes puissances mondiales, la Corée du Sud accélère son offensive économique en Afrique

Publié par Jean de Dieu MOSSINGUE sur 26 Mai 2016, 19:25pm

Catégories : #Economie

La déprime des prix des matières premières pourrait durer une quinzaine d’années, selon le cabinet Cyclope

(Agence Ecofin) - La déprime des cours des matières premières pourrait durer une quinzaine d’années en raison notamment de la baisse de la demande des pays émergents, Chine et Brésil en tête, et de l’abondance de l’offre, selon un rapport publié le 24 mai par le cabinet d’études Cyclope.

Intitulé «A la recherche des sommets perdus», ce rapport souligne que la flambée des cours des matières premières (période 2006-2014) est désormais révolue. «L’indicateur global des matières premières est de deux tiers en dessous de son niveau de 2011-2013», a indiqué le cabinet spécialisé dans l'analyse des marchés mondiaux de matières premières.

A l’exception du cacao, du lithium et des amandes, tous les produits ont en effet plongé.

«On est rentré dans une période longue de prix déprimés avec des évolutions faibles. Cette période peut durer quinze ans, car on sous-estime régulièrement la résilience des producteurs face aux prix faibles, d’autant qu’ils bénéficient des gains de productivité et du soutien des gouvernements», a expliqué Philippe Chalmin (photo), fondateur de Cyclope et professeur à l’Université de Paris-Dauphine.

La déprime prolongée des prix trouve, selon lui, son origine essentiellement dans la chute de la demande consécutive au ralentissement des économies émergentes, et plus particulièrement la Chine et le Brésil, à l’heure où l’offre est de plus en plus abondante en raison de l’entrée en phase de production des investissements réalisés dans le secteur durant les années fastes.

Deux autres facteurs pourraient aussi expliquer le plongeon durable des prix: l’impact monétaire de la hausse du dollar et l’incurie de certains États exportateurs qui n’ont pas su gérer la rente. «En 2016, on redécouvre la malédiction des matières premières. La chute des marchés laissent les cigales nues», a commenté Philippe Chalmin, indiquant que parmi les pays producteurs de matières premières seuls le Chili (avec le cuivre) et le Botswana (avec les diamants) ont su gérer leur rente de manière avisée.

Le rapport de Cyclope note, cependant, que le cycle de déprime attendu sera moins long en agriculture. «Les cycles suivis par l’agriculture sont bien plus courts car ils sont corrélés aux conditions climatiques», a argumenté François Luguenot, économiste co-auteur de l’étude.

Sur les pas des grandes puissances mondiales, la Corée du Sud accélère son offensive économique en Afrique

(Agence Ecofin) - Accompagnée de 111 chefs d’entreprise, la présidente sud-coréenne Park Geun-hye (photo) entame ce mercredi 25 mai une tournée de sept jours en Afrique en vue de « renforcer les liens de partenariat et la coopération économique » avec le continent, selon un communiqué publié par la Maison Bleue.

L’Ethiopie sera la première étape de cette tournée. La dirigeante sud-coréenne doit ensuite se rendre en Ouganda (du 28 au 30 mai) et au Kenya (du 30 mai au 1er juin).

« Mme Park visitera les trois plus grandes économies d'Afrique de l'Est afin de jeter les bases d'un partenariat et de renforcer la coopération avec ces pays », a déclaré Kim Kyou-hyun, secrétaire principal en charge des Affaires étrangères à la présidence sud-coréenne. « L'Afrique est le dernier moteur de croissance à l’échelle mondiale. Au regard de l’amélioration de la stabilité politique, de la forte croissance économique et de l'augmentation attendue des ménages apparentant la classe moyenne, de nombreux pays tentent de tirer profit du potentiel de ce continent », a-t-il ajouté.

M. Kim a également révélé qu’un nouveau programme d’aide au développement baptisé «Korea Aid», sera lancé dans les trois pays figurant dans le programme de la tournée africaine de Mme. Park. Il s’agit notamment de camions qui apporteront des aides aux populations locales dans de nombreux domaines, dont la santé et la nutrition.

Cité par le quotidien Korea Joongang Daily, un autre haut fonctionnaire à la Maison Bleue, An Chong-bum, révélé que « des projets de coopération ayant pour objectif de créer un environnement favorable aux affaires pour les entreprises coréennes » seront aussi lancés en Ethiopie, en Ouganda et au Kenya, sans plus de précision.

Selon lui, Mme Park devrait, par ailleurs, prononcer un discours au siège de l’Union africaine pour annoncer les grandes lignes de la nouvelle politique africaine de Séoul.

La Corée du Sud a déjà réalisé de nombreux investissements en Afrique. Ces investissements sont portés par des organismes publics comme la Korea International Cooperation Agency qui a financé des projets agricoles dans 21 pays du continent ou encore la société pétrolière SK Group qui compte des intérêts dans six pays africains ainsi que par des groupes privés comme Samsung et Daewoo.

L’agence sud-coréenne de promotion du commerce et de l’investissement (Kora Trade-Investment Promotion Agency/Kotra) compte déjà des antennes dans sept pays africains, dont l’Ethiopie, le Ghana et le Cameroun.

Le commerce bilatéral entre l’Afrique et la Corée du Sud est passé de 5,7 milliards de dollars en 2000 à 22,2 milliards en 2011, selon les dernières statistiques disponibles.

Considérée en 2012 par l’OCDE comme un modèle en matière d’aide publique au développement (APD), la Corée du Sud reste le seul État au monde à être passé du statut de pays bénéficiaire de l’aide au milieu du siècle dernier à celui de donateur en 2009.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents