Foreign Policy:Washington bloque la livraison des bombes à fragmentation à Riyad - MIRASTNEWS
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MIRASTNEWS

MIRASTNEWS

Informations capitales, stratégiques et véridiques


Foreign Policy:Washington bloque la livraison des bombes à fragmentation à Riyad

Publié par Jean de Dieu MOSSINGUE sur 29 Mai 2016, 05:53am

Catégories : #Politique internationale

Les États-Unis ont imposé un embargo sur le transfert des bombes à sous-munitions à l'Arabie Saoudite suite à l'utilisation de ce type d'armes contre les civils dans la guerre contre le Yémen, a révélé un rapport du Foreign Policy (FP) paru ce vendredi.

Selon ce rapport, les États-Unis ont pris cette décision en raison du nombre de morts de plus en plus enlevés" au Yémen.

Il s'agit de «la première mesure concrète prise par les États-Unis pour montrer leur malaise face à la campagne de bombardement menée par l'Arabie au Yémen", estime Foreign Policy.

Citant un haut responsable américain, celui-ci s'est basé sur des rapports de la coalition dirigée par l'Arabie Saoudite pour confirmer que des bombes à sous-munitions ont été larguées sur des zones où "des civils sont soupçonnés d'avoir été présents."

"Nous prenons ces préoccupations au sérieux et nous cherchons des informations supplémentaires," a dit ce fonctionnaire à FP sous couvert de l'anonymat.

L'embargo concerne les bombes de type CBU-105 fabriquées par la firme américaine Textron Systems. Selon Amnesty International et Human Rights Watch, les forces saoudiennes qui dirigent la coalition ont largué CBU-105 dans plusieurs endroits autour du Yémen, y compris Al-Amar, Sanhan, Amran, et le port d'Al-Hayma, ajoute le FP.

Les bombes à fragmentation contiennent des petites bombes qui se dispersent largement et tuent ou blessent indistinctement. Parfois ces bombes n'explosent pas immédiatement et peuvent tuer des civils après des mois, voire des années plus tard. Ces armes ont été interdites dans un traité international datant de 2008 que les géants de vente d'armes, y compris les États-Unis et la Russie, ont refusé de signer, selon Foreign Policy.

Le même rapport ajoute que les États-Unis ont ainsi répondu aux préoccupations des organisations humanitaires qui exigent des changements dans la performance des munitions, telles que l'interdiction de fabriquer les bombes qui n'explosent pas dès le contact avec la cible.

Une loi américaine adoptée en 2009 interdit l'exportation de bombes à sous-munitions qui ont une marge d'erreur supérieure à 1%. Elle dispose aussi que ces armes ne peuvent pas être utilisées dans les endroits abritant des civils. Le recours à ces bombes est uniquement autorisé contre des «cibles militaires clairement définies."

Cette mesure survient suite à une exacerbation des critiques lancées par les législateurs américains face au soutien américain accordé à la monarchie riche en pétrole dans ce long conflit contre le Yémen.
Jeudi, les sénateurs américains ont présenté un amendement à la National Defense Authorization Act de 2016 visant à imposer des conditions supplémentaires et une surveillance accrue du Congrès des futures ventes d'armes air-sol à l'Arabie Saoudite.

Washington a vendu des armes et a fourni une formation, des entrainements, et le soutien de ravitaillement en vol pour les avions de la coalition dirigée par l'Arabie au Yémen. Il a également vendu des bombes à fragmentation estimées à des millions de dollars au cours des dernières années, a rapporté le FP.

http://french.almanar.com.lb/adetails.php?eid=305656&cid=13&fromval=1&frid=13&seccatid=15&s1=1

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents