Baromètre Odoxa: pour Hollande et Valls, ça ne va vraiment pas mieux - MIRASTNEWS
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MIRASTNEWS

MIRASTNEWS

Informations capitales, stratégiques et véridiques


Baromètre Odoxa: pour Hollande et Valls, ça ne va vraiment pas mieux

Publié par Jean de Dieu MOSSINGUE sur 24 Mai 2016, 18:01pm

Catégories : #Sondage

  François Hollande et Manuel Valls, ici le 1er avril 2015 au palais de l'Elysée, continuent de dévisser dans le baromètre Odoxa pour L'Express.  REUTERS/Philippe Wojazer

François Hollande et Manuel Valls, ici le 1er avril 2015 au palais de l'Elysée, continuent de dévisser dans le baromètre Odoxa pour L'Express. REUTERS/Philippe Wojazer

Le chef de l’État atteint, avec 83% des Français qui considèrent qu'il n'est pas un bon président de la République, un nouveau record d'impopularité, selon le baromètre Odoxa pour L'Express. La chute continue donc malgré la publication d'indicateurs économiques meilleurs.

Les mois se suivent et se ressemblent. Le couple exécutif continue son inexorable plongée en enfer de popularité, selon la dernière vague du baromètre* Odoxa, en partenariat avec L'Express, France Inter et la presse quotidienne régionale (PQR). 83% des Français considèrent en effet que François Hollande n'est pas un bon président de la République. Un niveau que le chef de l’État n'avait pas atteint depuis novembre 2014. Cette désaffection pour le locataire de l’Élysée est évidente à droite (95% des sympathisants de droite) mais aussi à gauche. 63% des sympathisants de gauche considèrent qu'il n'est pas un bon président de la République, soit une baisse de 3 points.

Courbe de popularité de François Hollande, dans le baromètre Odoxa de mai 2016.  Odoxa/L'Express

Courbe de popularité de François Hollande, dans le baromètre Odoxa de mai 2016. Odoxa/L'Express

Pourtant, selon François Hollande, "ça va mieux". Et, en effet, sur le plan économique, les derniers indicateurs sont plutôt au vert, qu'il s'agisse de la stabilisation récente du chômage ou des perspectives de croissance. Sur le front industriel, les fleurons français viennent de signer des gros contrats.

Pourtant, 78% des Français ne croient que la situation économique de la France s'améliorera d'ici la fin du quinquennat. 80% d'entre eux ne pensent pas non plus que la courbe du chômage s'inversera. Ce manque de confiance, quasi-unanime à droite, rencontre un grand écho à gauche également. Une majorité de 57% des sympathisants de gauche ne pensent pas que la situation économique s'améliorera et 58% ne croient pas en l'inversion de la courbe du chômage, tant promise par le président de la République.

"Rien de ce qu'il dit n'imprime"

"Le problème de François Hollande, c'est d'être entendu. Rien de ce qu'il déclare n'imprime", souligne Emile Leclerc, directeur d'études chez Odoxa. Il faut dire que les bonnes nouvelles économiques arrivent dans un contexte social tendu avec des manifestations contre la loi Travail qui dégénèrent, des grèves à répétition et désormais une pénurie d'essence. Pour Odoxa, "François Hollande pâtit" d'une "dissonance cognitive dans l'opinion" entre l'annonce de meilleurs indicateurs économiques et la situation du pas.

Résultat, "même à gauche, plus personne n'y croit", résume Emile Leclerc. Une écrasante majorité des sondés (92%) ne pensent pas que François Hollande parviendra à retrouver la confiance des Français. Ils sont à peine 17% parmi les sympathisants de gauche à y croire.

Logiquement, seuls 14% des Français aimeraient voir l'actuel chef de l'Etat se présenter à la présidentielle de 2017, 85% se prononçant contre sa candidature. Soit une hausse de 5 points par rapport à la précédente mesure, déjà très mauvaise pour le président de la République, de décembre 2015. Même à gauche, 68% des sympathisants n'aimeraient pas le voir candidat en 2017, contre 32% qui sont d'un avis contraire.

Record d'impopularité pour Manuel Valls

Lot de consolation pour François Hollande: il n'est pas tout seul dans la galère. Avec 73% d'opinions négatives, son Premier ministre atteint lui aussi son record d'impopularité depuis octobre 2014 (mois au cours duquel elle a commencé à être mesurée par Odoxa).

Une brusque accélération (3 points de popularité perdus en à peine un mois) qui s'explique sans doute par la mauvaise séquence pour le gouvernement de la loi Travail. "Les Français n'ont pas digéré le passage en force du Premier ministre et l'utilisation du 49.3, considérée comme choquante par 71% d'entre eux" dans une autre enquête Odoxa pour Itélé et Paris-Match, souligne l'institut de sondage.

Même chez les sympathisants de gauche, seuls 42% estiment que Manuel Valls est un bon Premier ministre, soit une baisse de 2 points. Depuis novembre 2015, date des attentats de Paris et de Saint-Denis, le président de la République et le chef du gouvernement ont divisé leur popularité par deux.

Courbe de popularité de Manuel Valls, dans le baromètre Odoxa de mai 2016.  Odoxa/L'Express

Courbe de popularité de Manuel Valls, dans le baromètre Odoxa de mai 2016. Odoxa/L'Express

Quant à Myriam El Khomri, porteuse de la loi Travail, avec 9% d'opinions positives à peine, elle pointe directement à la dernière place du classement des personnalités politiques qui suscitent le plus de soutien ou de sympathie. A égalité avec l'écologiste Cécile Duflot et l'ancien président de l'UMP Jean-François Copé.

Enfin, Emmanuel Macron reste à gauche la personnalité la plus populaire (36% d'adhésion). Une baisse de 2 points mais qui lui permet de s'appuyer sur une "popularité solide". "Il doit aujourd'hui se délecter de ne pas avoir eu à porter une loi Travail dévastatrice pour l'exécutif", conclut Odoxa.

*Enquête réalisée auprès d'un échantillon de 1 020 Français les 19 et 20 mai, selon la méthode des quotas.

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/barometre-odoxa-pour-hollande-et-valls-ca-ne-va-vraiment-pas-mieux_1794890.html?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&link_time=1464070059#xtor=CS3-5076

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents