L’ambassadeur de France chez Benflis - MIRASTNEWS
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MIRASTNEWS

MIRASTNEWS

Informations capitales, stratégiques et véridiques


L’ambassadeur de France chez Benflis

Publié par Jean de Dieu MOSSINGUE sur 16 Mai 2016, 23:37pm

Catégories : #Politique internationale, #France, #Algérie

Alors que les commentaires n’ont pas encore cessé sur ses propos polémiques à Tizi Ouzou quant au nombre important de visas accordés aux algériens de Kabylie, l’ambassadeur de France, Bernard Emié, est allé rendre visite à Ali Benflis.

Selon un communiqué rendu public aujourd’hui lundi par son parti «Talaie El-Houriyet», l’ex candidat à la présidentielle a rencontré l’ambassadeur de France en Algérie, Bernard Emié, «à sa demande».

On y apprend que les deux hommes ont évoqué «l’état des relations algéro-françaises et les perspectives de leur développement». Qu’Ali Benflis a exprimé le souhait que «soit poursuivi l’effort de développement et de diversification de ces relations sur la base de l’équilibre des intérêts des partenaires et du respect mutuel».

Mais cet entretien vaut surtout dans sa teneur politique puisque le diplomate français a interrogé l’ex chef du gouvernement sur la «situation politique et économique du pays». Le communiqué a souligné ainsi que Ali Benflis a réaffirmé la conviction de son parti «qu’une transition démocratique pacifique, consensuelle, graduelle demeure la voie indiquée pour sortir de l’impasse actuelle».

Se pose alors la question de savoir pourquoi l’ambassadeur de France se permet de fourrer son nez dans les affaires internes de l’Algérie de façon aussi publique. Il est certes normal qu’un diplomate étranger cherche à comprendre pour mieux s’imprégner de la situation et par voie de conséquence donner une information recoupée et crédible à son gouvernement.

Un curieux timing

Mais le contexte pour le moins délétère que traverses les relations entre l’Algérie et la France n’est peut être pas une bonne résolution. Ceci d’autant plus que Bernard Emié lui-même s’est rendu «coupable» de commentaires malvenus à Tizi Ouzou où il a déclaré que la France consacre 60% des visas aux citoyens de Kabylie et que les université françaises travaillent principalement avec les étudiants de cette région.

Il était pourtant facile d’imaginer les lectures et les interprétations tendancieuses compte tenu des particularités culturelles de cette région. Aussi, en allant échanger avec Ali Benflis pour qui il y a «vacance du pouvoir » et qui réclame une «présidentielle anticipée», l’ambassadeur de France donne du grain à moudre à ceux qui accusent la France de vouloir peser sur l’après Bouteflika.

Ce tête à tête pourrait s’inscrire dans le sillage du tweet de Valls, des saillies de Sarkozy et tout dernièrement du livre de Jean Louis Debré qui a décrit un président Bouteflika «malade et fatigué» dans ce qu’il a intitulé bizarrement «ce que je ne devait pas dire»…

La rencontre de Bernard Emié avec Ali Benflis aurait pu passer inaperçue n’eût était le contexte vicié caractérisé par des incertitudes politiques et économiques. Les deux hommes ont échangé aussi sur la Libye, la Syrie, le Sahara occidental et le Sahel, mais la cuisine algérienne est sans doute le principal «plat au menu».

http://www.algerie1.com/actualite/lambassadeur-de-france-chez-benflis/

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents