Al-Qaïda et consorts partent à l’assaut de l'Afrique de l'Ouest + "La guerre contre la Syrie est dirigée contre l'humanité toute entière" - MIRASTNEWS
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MIRASTNEWS

MIRASTNEWS

Informations capitales, stratégiques et véridiques


Al-Qaïda et consorts partent à l’assaut de l'Afrique de l'Ouest + "La guerre contre la Syrie est dirigée contre l'humanité toute entière"

Publié par Jean de Dieu MOSSINGUE sur 16 Mai 2016, 16:44pm

Catégories : #Politique internationale, #Terrorisme, #Afrique, #Syrie

Al-Qaïda et consorts partent à l’assaut de l'Afrique de l'Ouest

© Photo: AP

© Photo: AP

Le continent africain est souvent qualifié d'épicentre du terrorisme mondial, la nébuleuse Al-Qaïda et des groupes d'extrémistes associés, que ce soit AQMI, Boko Haram, Daech ou Al-Shabbaab, s'y installant de plus en plus solidement.

De nos jours, les groupes terroristes, qu'il s'agisse d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) ou de l'Etat islamique (EI ou Daech), quittent leurs bastions traditionnels du nord-ouest africain et partent à l’assaut des villes les plus paisibles de l'Afrique de l'Ouest, constatent les analystes.

Ainsi, l'extrémisme menace aujourd'hui le Sénégal, pays majoritairement musulman, bien connu pour sa tolérance religieuse exceptionnelle. Cette ancienne colonie française qui n'a pas souffert jusqu'à tout dernièrement d'un incident terroriste majeur, prend aujourd'hui des mesures de sécurité sans précédent devant les hôtels et de nombreux bâtiments publics.

Le Sénégal a longtemps été épargné par les djihadistes qui ont frappé d'autres pays d'Afrique de l'Ouest. Aussi, à Dakar, capitale sénégalaise, où boîtes de nuit et mosquées coexistent pacifiquement, la violence islamiste a longtemps été perçue comme un problème étranger.

"Ici, vous pouvez passer vos nuits à boire en discothèque, puis serrer la main de l'imam", a déclaré devant les journalistes Abdullaye Diene, un imam de la plus grande mosquée du Sénégal.

Quoi qu'il en soit, depuis un certain temps, les terroristes ont tué des dizaines de personnes dans leurs attaques lancées contre hôtels, cafés et stations balnéaires en Afrique de l'Ouest, en traversant sans problèmes les frontières poreuses entre les pays.

"Le terrorisme en expansion rapide s'approche de plus en plus du Sénégal", prévient la conseillère du président sénégalais Aminata Touré, ancienne premier ministre du pays.

En Afrique de l’Est, les terroristes d'Al-Shabbaab, basés en Somalie, ont effectué des massacres au Kenya voisin, tuant plus de 200 personnes et dévastant complètement l'industrie du tourisme. Les djihadistes de Boko Haram au Nigeria se sont rendus au Niger, au Tchad et au Cameroun. En Afrique du Nord, Daech et ses affiliés ont occupé de vastes territoires en Libye et ont lancé des attaques en Tunisie et en Egypte.

"Le Sénégal ne sera jamais en sécurité s'il n'y a pas de sécurité au Mali, au Nigeria, au Burkina Faso et dans toute la région (de l'Afrique de l'Ouest, ndlr) et au-delà dans le Sahel", a averti Mankeur Ndiaye, ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l'extérieur.

Pendant de très longues années, les terroristes d'AQMI ont rôdé dans les déserts du nord du Mali et de l'Algérie mais changent aujourd'hui de stratégie. Au lieu de combattre les troupes françaises ou les casques bleus dans le nord du Mali, ils s'élancent dans des attaques à des centaines de kilomètres de leurs bases traditionnelles au Sahel pour s'attaquer aux villes les plus tolérantes sur le plan religieux.

Par ailleurs, les observateurs constatent le retour en force d'AQMI qui est dû, selon les experts, à sa capacité à recruter des jeunes hommes dans les zones du nord du Mali négligé en grande partie par le gouvernement central.

"Il y a des endroits au Mali où les djihadistes ont soit comblé le vide laissé par l'absence de l'Etat soit gagné en popularité en raison de mauvais traitements ou de négligence du gouvernement", a notamment estimé Corinne Dufka, directrice adjointe de la division Afrique de Human Rights Watch (HRW).

https://fr.sputniknews.com/international/201605161025045175-al-qaida-afrique-ouest-assaut/

GÉOÉCONOMIE ET GÉOSTRATÉGIE DE L'ÉNERGIE: CHAOS ET ENJEUX RÉELS

GÉOÉCONOMIE ET GÉOSTRATÉGIE DE L'ÉNERGIE: CHAOS ET ENJEUX RÉELS

"La guerre contre la Syrie est dirigée contre l'humanité toute entière"

© AFP 2016 Bulent Kilic

© AFP 2016 Bulent Kilic

La guerre a secoué la Syrie et provoqué le chaos dans la vie réglée de ses habitants: peur, mort et ruines. Cette horreur vise non seulement le pays, mais c'est aussi une guerre contre toute l'humanité.

Miguel Fernandez, correspondant cubain du média Prensa Latina, l'unique journaliste du monde occidental accrédité en permanence à Damas, a vécu la guerre syrienne de l'intérieur. De retour à la Havane, il a accordé une interview exclusive à Sputnik.

"La guerre cible non seulement la Syrie, mais c'est aussi une guerre contre le monde, contre notre culture, nos valeurs, notre patrimoine, et, quand je dis +notre+, je veux dire l'humanité. Ces éléments (Daech ndlr.) sont des sauvages pour lesquels il n'y a pas de différence entre détruire un monument ou couper la tête d'un enfant", souligne Miguel Fernandez.

Inspiré par la résistance du peuple syrien, qui ne recule pas et rêve toujours d'un pays prospère, le journaliste rend justice à l'armée russe et a son rôle dans ce conflit.

"J'étais là au moment où la Russie est entrée en guerre, les Syriens ont appris cette nouvelle non comme une intervention, mais comme un support, comme un signe de solidarité", indique M.Fernandez.

 

Selon lui, les Syriens font confiance à la Russie. Ils étaient depuis longtemps en conflit avec les Etats-Unis et certaines puissances européennes. La Russie, elle, leur est venue en aide.

Un an auparavant, les Etats-Unis ont mené une campagne antiterroriste en Syrie sans donner de résultats, tandis que l'aviation russe a su détruire 40% des infrastructures de l'EI pendant les 30 premiers jours.

"La présence russe en Syrie a stoppé l'objectif de l'Occident visant à provoquer l'effondrement du Proche-Orient", conclut Miguel Fernandez.

https://fr.sputniknews.com/international/201605161025045514-syrie-journaliste-cubain-interview/

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents