Dix morts dans un attentat suicide qui a secoué le quartier touristique d’Istanbul (VIDEO) + "N'empêchez pas Erdogan de mener la Turquie à la catastrophe" - MIRASTNEWS
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MIRASTNEWS

MIRASTNEWS

Informations capitales, stratégiques et véridiques


Dix morts dans un attentat suicide qui a secoué le quartier touristique d’Istanbul (VIDEO) + "N'empêchez pas Erdogan de mener la Turquie à la catastrophe"

Publié par Jean de Dieu MOSSINGUE sur 12 Janvier 2016, 13:54pm

Dix morts dans un attentat suicide qui a secoué le quartier touristique d’Istanbul (VIDÉO)

 Source: Reuters La place de Sultanahmet encerclée par la police

Source: Reuters La place de Sultanahmet encerclée par la police

Une explosion a retenti sur la place de Sultanahmet, un des lieux les plus visités par les touristes à Istanbul, a annoncé l’agence d’actualités Dogan, faisant état de plusieurs morts et blessés.

Au moins dix personnes ont péri, a annoncé le gouverneur d’Istanbul dans une déclaration officielle publiée sur son site. 15 autres personnes ont été blessées, d’après la même source.

L’attentat a été perpétré par un kamikaze, a confirmé le président turc Recep Tayyip Erdogan. Cet homme a été identifié comme un homme d'origine syrienne de 27 ans, a annoncé à son tour le vice-premier ministre du pays Numan Kurtulmus.

Selon le quotidien turc Hurriyet, le terroriste s’est fait exploser près d’un groupe de touristes.

La plupart des victimes de l’attaque sont des étrangers, a déclaré Numan Kurtulmus. La chaîne CNN Turk rapporte qu’il y aurait notamment des morts et des blessés allemands et péruviens.

Un citoyen norvégien a été blessé dans l'attentat et reçoit des soins à l'hôpital, a confirmé le ministère des Affaires étrangères de la Norvège.

Un des témoins de l’accident, cité par Reuters, a raconté qu’il avait vu des restes de corps éparpillés sur le lieu de l’explosion. Erdem Koroglu, un autre témoin qui travaille dans un bâtiment à proximité, a quant à lui expliqué à NTV qu’il avait vu plusieurs personnes gisant sur le sol après l’explosion.

«Il était difficile de dire qui était vivant et qui était mort», a raconté Koroglu. «L’explosion a fait trembler des bâtiments».

Doğan Haber Ajansı Compte certifié ‏@dhainternet  Sultanahmet Meydanı'ndaki patlamada olay yerinde ölü ve yaralıların olduğu bildiriliyor http://www.dha.com.tr/sultanahmette-patlama_1110420.html …

Doğan Haber Ajansı Compte certifié ‏@dhainternet Sultanahmet Meydanı'ndaki patlamada olay yerinde ölü ve yaralıların olduğu bildiriliyor http://www.dha.com.tr/sultanahmette-patlama_1110420.html …

La police a encerclé la place, ont fait savoir des témoins aux médias locaux, alors que plusieurs ambulances sont arrivées sur les lieux où s'est produite l'explosion.

Attention : les images ci-dessous peuvent heurter la sensibilité.

Source: Reuters

Source: Reuters

L’épicentre de l’explosion, qui a renversé une voiture de police, se trouvait près de la station de tramway, selon RIA Novosti.

L’attentat a eu lieu place de Sultanahmet, dans un quartier fréquenté par les touristes étrangers, près de la Mosquée bleue et de l’obélisque de Théodose.

Aussitôt après l’attentat, les autorités turques ont décrété l’interdiction de sa couverture médiatique, a annoncé l’agence de presse Anadolu.

Après le drame, le ministère allemand des Affaires étrangères a publié un communiqué appelant ses ressortissants à éviter les lieux touristique à Istanbul. La diplomatie allemande a ajouté qu’elle estimait possible de nouvelles attaques terroristes à travers le pays, recommandant même à ses citoyens d’«éviter de se trouver près des bâtiments militaires et gouvernementaux».

Le ministère des Affaires étrangères britannique et du Commonwealth a également diffusé un avertissement à destination de ses ressortissants se trouvant actuellement en Turquie.

RT France

Les premières images après l’explosion dans le centre d’Istanbul

Turkey: Sultanahmet Bombing short aftermath video *Graphic*

ISIS suicide bomber kills 10 Germans in Istanbul

"N'empêchez pas Erdogan de mener la Turquie à la catastrophe"

© REUTERS/ Presidential Palace Press Office

© REUTERS/ Presidential Palace Press Office

Un général grec dénonce la politique hostile de la Turquie à l'égard de ses voisins et sa tendance impérialiste.

Le 7 janvier, la Turquie a pour la première fois violé l'espace aérien grec durant l'année 2016. Quatre chasseurs turcs ont à trois reprises pénétré dans l'espace grec. D'ailleurs, les intrusions régulières des avions turcs ne surprennent plus personne: rien qu'en 2014, le ministère grec de la Défense a enregistré 2.244 cas de ce type, et au moins 1.300 en 2015. Le général Fragoulis Fragos, ancien chef de l'état-major général grec, a dénoncé ces provocations dans une interview à des journalistes russes.

En 1923, raconte le général, la Turquie a adopté le concept de "pacte national" qui prévoit le rattachement d'une partie de la Grèce du nord, de Chypre, et de modifier les frontières dans la mer Egée. Ce qui représente en somme le rétablissement de l'Empire ottoman et explique les constantes provocations en mer Egée, selon lui.

En 1996, Athènes et Ankara ont failli être entraînés dans un conflit armé. De nombreux Grecs sont convaincus que les Turcs ont abattu un hélicoptère grec, alors que selon la version officielle était un crash. Des incidents ultérieurs entre les deux pays ne sont pas exclus, prévient l'expert.

En outre, la Grèce, selon lui, ne soutiendra pas la Turquie dans le cadre de l'article 5 du Traité de l'Atlantique Nord, qui prévoit que si un Allié est victime d'une attaque armée, chacun des autres membres de l'Alliance doit lui apporter une assistance. Or, la Turquie ne cesse de violer les frontières grecques, souligne le général.

Qui plus est, la Turquie a introduit ses troupes en Irak. D'après Fragoulis Fragos, il ne s'agit que d'une tentative de s'assurer un accès au pétrole extrait près de Mossoul. Par ailleurs, Ankara cherche à créer une zone "grise" à la frontière entre la Syrie, l'Irak et la Turquie, selon lui.

La politique turque à l'égard de ses voisins est sans issue, martèle le général. Ankara a détérioré ses relations avec tout le monde, à commencer par la Grèce et la Syrie, mais aussi avec Israël et l'Iran, ce qui la pousse à l'isolement. Par sa politique de provocation, Recep Tayyip Erdogan mène la Turquie directement à la catastrophe. "Je ne pense pas qu'il faille l'en empêcher", a conclu Fragoulis Fragos.


Sputniknews

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents