30 soldats irakiens tués et 20 autres blessés dans un raid aérien américain + L’état-major russe : Nous avons des preuves suffisantes démontrant que le bombardier SU-24 n’avait pas violé l’espace aérien turc - MIRASTNEWS
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MIRASTNEWS

MIRASTNEWS

Informations capitales, stratégiques et véridiques


30 soldats irakiens tués et 20 autres blessés dans un raid aérien américain + L’état-major russe : Nous avons des preuves suffisantes démontrant que le bombardier SU-24 n’avait pas violé l’espace aérien turc

Publié par Jean de Dieu MOSSINGUE sur 18 Décembre 2015, 16:42pm

Source: Reuters

Source: Reuters

Le chef du Comité de sécurité et de défense au parlement irakien Haqim al-Zamli a annoncé que les forces aériennes américaines avaient tués au moins 30 soldats irakiens et en avaient blessés 20 autres dans la province de Falloujah.

«Au moins 30 soldats irakiens de la 55ème brigade de l’Armée irakienne ont été tués, 20 autres blessés par une frappe aérienne de l’aviation des Etats-Unis dans la ville d’al-Naimiyah, elle-même située dans la province de Falloujah», a déclaré le 18 décembre, le chef du Comité de sécurité et de défense au parlement irakien, Haqim al-Zamli.

Il a aussi demandé au Premier ministre «d’entamer immédiatement une enquête autour de cette frappe sur la 55ème brigade qui combattaient contre Daesh avec succès».

Lire aussi : Bombardement d'un camp de l'armée syrienne par la coalition occidentale

Le ministère de la Défense russe a déjà déclaré avoir repéré les avions de combat de la coalition occidentale dirigée par les Etats-Unis dans la région de Deir Ezzor le 6 décembre, lorsque la 168ème brigade de la 7ème division de l’armée syrienne a été la cible d’une frappe aérienne. Trois soldats syriens ont été tués, 13 ont été blessés et plusieurs véhicules militaires ont été endommagés.

"Pourquoi le Pentagone passerait-il sous silence la présence des avions de leurs alliés ?" https://t.co/kXJ1bxrmj0 pic.twitter.com/fQeVJgjiYP

Les Etats-Unis bombardent les positions Daesh en Irak depuis août 2014. Pourtant, l’ancien Premier ministre irakien, Nouri al-Maliki, trouve cette compagne «incroyablement inefficace». «C’est incroyable et inacceptable que plus de 60 pays, réunis dans une coalition qui possède les avions et les armes les plus modernes, mènent leur compagne en Irak depuis 14 mois et que Daesh existe toujours dans ce pays», a-t-il précisé dans une interview à la chaîne de télévision Rusiya Al-Yaum en novembre.

RT France

Attaques aériennes irakiennes sur les Positions ISIS

La Vidéo a fuité de l'intérieur d’ISIS - les filles-esclaves Yazidi

L’état-major russe : Nous avons des preuves suffisantes démontrant que le bombardier SU-24 n’avait pas violé l’espace aérien turc

30 soldats irakiens tués et 20 autres blessés dans un raid aérien américain + L’état-major russe : Nous avons des preuves suffisantes démontrant que le bombardier SU-24 n’avait pas violé l’espace aérien turc

Moscou / L’état-major russe a affirmé que Moscou dispose des preuves suffisantes qui démontrent que le bombardier russe SU-24, abattu le 24 du mois dernier par le régime turc au-dessus des territoires syriens, n’avait pas violé l’espace aérien turc.

Dans une conférence de presse qu’il a tenue en présence des experts internationaux au début de l’analyse de la boîte noire du bombardier abattu, l’état-major russe a assuré que le bombardier visait des cibles en Syrie à 5.5 Km de la frontière avec la Turquie, faisant savoir que Moscou avait invité des expertes de 14 pays pour participer à l’analyse de la boîte noire, selon le site web de Russia Today.

Les experts de l’état-major russe ont fait savoir que l’analyse de la boîte noire aura lieu demain, alors que les résultats de l’enquête seront dévoilés à la presse lundi prochain.

Reste à noter que des experts de la Grande-Bretagne, de la Chine et des Etats-Unis étaient arrivés à Moscou pour participer à cette enquête.

Razane / A. Chatta

SANA

Le président de la Syrie, Bashar Al Assad donne une interview à la TV néerlandaise. Le 17/12/2015

Damas : les États-Unis violent la souveraineté de la Syrie et ne luttent pas contre le terrorisme

 © Namir Noor-Eldeen Source: Reuters

© Namir Noor-Eldeen Source: Reuters

Les actions des militaires américaines en Syrie violent sa souveraineté et ne font pas partie d’une quelconque action antiterroriste, a déclaré le vice-ministre syrien des Affaires étrangères.

«Nous doutons qu’ils [troupes américaines] soient sincères dans leur lutte contre le terrorisme. Ils ne coordonnent pas leurs actions avec l’armée syrienne. Cela rend ces forces illégales sur le territoire syrien. On ne peut pas dire qu’ils luttent contre le terrorisme», a confié à l’agence de presse russe RIA Novosti, Faisal al-Mikdad, vice-ministre syrien des Affaires étrangères.

Le diplomate s’est exprimé après que Washington a confirmé le déploiement de ses forces spéciales en Syrie. Le ministre américain de la Défense, Ashton Carter, a qualifié jeudi de succès la première mission des forces américaines en Syrie.

Le Pentagone veut le déploiement d’une chaîne de plateformes anti-#Daesh à travers le monde https://t.co/q29BR2PNbC pic.twitter.com/zrVlmYkNCd

«Je pense que le fait est que cela a porté les fruits que nous espérions», a déclaré Ashton Carter après avoir rencontré les troupes, les commandants et les leaders kurdes à Irbil, la capitale de la région autonome kurde en Irak.

Faisal al-Mikdad a accusé l’Arabie saoudite d’avoir organisé une réunion des différentes forces qui cherchent à renverser le gouvernement syrien.

«Certains des participants auxquels l’Arabie saoudite a permis de prendre part à cette conférence n’appartiennent pas à la vraie opposition. D’autres ont représenté des groupes terroristes. Nous pouvons seulement dire que la Syrie ne négocie pas avec les terroristes. La seule place où nous les avons rencontré est sur le champ de bataille», a-t-il déclaré.

Il a aussi critiqué la création d’une coalition antiterroriste musulmane regroupant 34 nations que l’Arabie saoudite a annoncée cette semaine. Le vice-ministre estime que cette alliance est de nature sectaire et utilise des slogans religieux pour atteindre ses buts politiques, comme le fait Daesh.

Selon Faisal al-Mikdad, l’armée syrienne pourrait s’allier aux groupes de la soi-disant Armée syrienne libre, soutenue par l’Occident qui serait composée de forces rebelles modérées.

«Si toutes les armes sont pointées sur un ennemi qui est le terrorisme, nous sommes pour. Ils peuvent aussi déposer leurs armes et retourner à une vie pacifique ou s’enrôler dans l’armée», a indiqué le vice-ministre, ajoutant que les rebelles qui le veulent, doivent arrêter de commettre des crimes tels que le meurtre de civils, des enlèvements et le pillage des villes qu’ils contrôlent.

RT France

Assad: l'Occident fait traîner en longueur le conflit syrien

30 soldats irakiens tués et 20 autres blessés dans un raid aérien américain + L’état-major russe : Nous avons des preuves suffisantes démontrant que le bombardier SU-24 n’avait pas violé l’espace aérien turc

La guerre pourrait cesser en moins d'un an "si les pays responsables agissent contre l'afflux" de combattants étrangers qui se regroupent en Syrie, selon le chef de l'Etat syrien.

Le conflit en Syrie pourrait être résolu en moins d'une année, mais la volonté des pays occidentaux qui souhaitent un changement de régime va le faire "traîner" en longueur, a affirmé le président syrien Bachar al-Assad jeudi soir dans une interview accordée à la chaîne néerlandaise NPO2.

Pour le chef de l'Etat syrien, la guerre pourrait cesser en moins d'un an "si les pays responsables agissent contre l'afflux" de combattants étrangers qui se regroupent en Syrie. Toutefois, pas un seul pays occidental n'est réellement prêt à mettre un terme au conflit. Seuls les alliés qui soutiennent son régime, la Russie et l'Iran, et non l'Occident, sont prêts à résoudre le conflit qui dure depuis près de cinq ans.

"Seuls la Russie et l'Iran et leurs alliés, et les autres pays qui soutiennent politiquement le gouvernement syrien (…). Mais pas l'Occident, aucun pays occidental n'est prêt", a indiqué le président syrien.

"Le problème est qu'ils (les pays occidentaux, ndlr) continuent à les (les terroristes, ndlr) soutenir quotidiennement, parce qu'ils veulent une solution, ce qu'ils ont appelé une solution politique, aboutissant à un changement de l'Etat", a-t-il ajouté.

"C'est pour ça que cela va traîner", a-t-il conclu.

Le président, au ton jusque-là détendu, s'est montré sarcastique lorsqu'on lui a demandé s'il se félicitait que les positions occidentales réclamant son départ semblent s'être assouplies.

"Je faisais mes bagages, je devais partir. Mais maintenant je peux rester", a déclaré le chef de l'Etat syrien.


Sputniknews

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents