Faut-il un embargo sur les armes en Syrie comme l’envisage l’ONU ? - MIRASTNEWS
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MIRASTNEWS

MIRASTNEWS

Informations capitales, stratégiques et véridiques


Faut-il un embargo sur les armes en Syrie comme l’envisage l’ONU ?

Publié par Jean de Dieu MOSSINGUE sur 24 Avril 2015, 23:28pm

La secrétaire générale adjointe des Affaires humanitaires des Nations unies, Valerie Amos, patronne des opérations humanitaires de l'Onu demande au Conseil de sécurité d’instaurer un embargo sur les livraisons d'armes en Syrie comme jadis ce fut avec la Côte d’Ivoire dirigée par Laurent Gbagbo, pour selon elle désamorcer la crise. Dans le passé récent, chaque fois que cette solution a été avancée, l’objectif visé était d’abattre militairement les régimes en place contre la volonté des peuples.

Cette solution a été utilisée aussi contre le régime de Saddam Hussein avec embargos à la clé. Quels sont ceux qui s'attaquent réellement aux écoles et aux hôpitaux, massacrent les populations, utilisent des armes chimiques et commettent de multiples crimes contre l’humanité, détruisent les infrastructures, l’industrie et l’économie de la Syrie et plus récemment ont attaqué l’Irak ? Comment cette guerre a commencé ? Qui finance les actions de ces soi-disant rebelles ? L’ONU ne voit-elle pas la vérité ou veut-elle donner un visage humain aux égorgeurs de Syrie ?

Pourquoi n’insiste-t-elle pas sur les massacres et les atrocités effectués par les terroristes en Syrie ou en Irak ? Quelles sont les motivations qui la poussent à vouloir empêcher les forces gouvernementales syriennes à s’armer plus pour renforcer la défense de leur pays ? Qu’est-ce qui se cache derrière tout cela ? Pourquoi l’ONU s’efforce-t-elle à mettre les forces terroristes au même pied d’égalité que les forces gouvernementales ? Pourquoi ne fait-elle pas la même chose avec les forces coalisées conduites par l’Arabie Saoudite qui ont attaqué les Houthis au Yémen ? L’ONU va-t-elle bientôt demander la même chose à l’Irak qui se bat contre les mêmes forces négatives ?

L’ONU travaille-t-elle pour le bien-être des peuples ? Cette fois encore l’humanitaire est mis en exergue comme toutes les autres fois. En Côte d’Ivoire sous le président Gbagbo, les populations ont été privées de tout même des médicaments pour se soigner. À qui doit-on infliger « des sanctions ciblées pour les violations du droit humanitaire international et le non-respect des revendications humanitaires », le gouvernement syrien ou tous ceux qui de près ou de loin répandent le chaos dans ce pays ? L’ONU n’a-t-elle pas les moyens de mener de vraies enquêtes pour déterminer les vrais coupables à sanctionner ?

En réalité, les autorités syriennes ont le plus grand besoin de moyens de toutes sortes pour lutter contre le terrorisme et mettre fin à ce conflit et aux atrocités infligées au peuple.

Jean de Dieu MOSSINGUE

Commenter cet article

Lena 02/07/2017 12:44

Les présidents Barack Obama et François hollande auront pris la sage décision de refuser le devoir de règlement de rançons dans l'exigence des djihadistes contre libration des otages, dans un but de refus de financer les djihadistes et leurs combats, leurs financements des agents infiltrés et dormants en occident, Barack Obama ayant déclaré que ces otages journalistes et ONG seraient considérés soldas morts au combat autant que Marin's. Sachant également que ces journalistes, personnels ONG savaient et connaissaient parfaitement les risques de leur métier sur des terrains dangereux pour leur existence et leur action.
France sous lignes de tir directes des frappes américaines vers l'Irak et la Syrie, sauf si ces frappes sont décidées depuis l'Afrique du Nord. Sachant l'Afrique envahie de menaces et combats souterrains djihadistes depuis la Somalie, jusqu'aux pays du Nord africain.
En fait le nombre exact de djihadistes infiltrés 5000 sur le territoire français. 50 000 dans les territoires occupés du Moyen orient, au 13 juillet 2014.
Une des solutions les plus probables et nécessaire étant que la Turquie accepte une coalition active avec les Etats alliés et admettre l'évidence de frappes depuis son territoire national vers les Etats islamistes djihadistes. Notamment depuis son Sud-Est. Ces trafics et marchés parallèles d'armes, armant des polices et troupes mercenaires des pays limitrophes au conflit Syrien, kurdes, Peshmergas, Israélites, Américaines, rebelles,ou sinon l'usage de la bombe atomique, nécessaire.
Et Armes non conventionnelles, en test : Tirs de lasers pouvant provenir de satellites de combat, chargés de surveillance repérage et détection par infrarouge et vision de nuit, d'attaque ciblée, en balayage et tirs isolés.
Armes de combat au sol identiques, armes de poing lasers et armements de tirs lasers de calibres divers.
Cf certains de mes posts précédents.
https://www.facebook.com/line.llao1/posts/952950951388819
Errata : Repérage cartographique je suppose satellite, capable de tirs lasers dits "pinces à épiler", de drones téléguidés et raids d'avions, dont le secret médiatique d'Etat a été exigé durant les opérations commanditées par la France, secret défense suggéré que j'aurai conseillé et partagé, également exigé. Suite aux fuites médiatiques, stoppées net donc d'interdit de diffusion temporaire des détails sur ces opérations.
Eléments militaires micro-informatiques indétectables et incontrôlables par l'ennemi. Micro-drones autonomes pouvant se diriger et contrôler voire par surveillance satellitaire.
Certainement en collaboration et coopération avec les services militaires français et américains, les forces armées pourront-elles bénéficier d'engins électroniques autonomes, mini et micro-drones de surveillance, espionnage, repérage (de présence humaine, et de bases de forces militaires ici islamistes) et renseignement, de tailles multiples sous forme également de mouches et moustiques, aptes à repter, voler, se fixer, escalader, se retourner et repartir si déstabilisés par terrains accidentés, et présentant autres fonctions autonomes, dont de possibles attaques armées, de type frelons.
Ces tirs lasers et repérages satellitaires et de drones, avions drones (le plus souvent d'invention et initiative française) et raids aériens, capables de repérer par reconnaissance cartographique et vision infrarouge ou vision de nuit donc, une pièce de1 centime sur le sol. Et donc la présence de tout individu.
Il est rarement impossible d'échapper à cette "broyeuse mécanique d'attaque", des tirs électromagnétiques, encore en tests.
L'on n'en est pas encore à la machine à couper les doigts djihadistes, mais l'ère de la robotique humanoïde, et de l'homme bionique robotisé, le cœur artificiel implanté, truffé de canaux ou cathéters en remplacement des vaisseaux sanguins principaux, d'os en tungstène ou alliages de tungstène (métal lourd radioactif) s'autoproduisant, se reconstituant si leur squelette de ce métal couplé à l'ossement originel, disloqué. membres couplés d'implants de plastique de type appareils dentaires, comprenant instruments électroniques (appareils de repérage, yeux artificiels sinon de vision augmentée, bras et jambes mécanisés, coquilles de protection métalliques abdominales et thoraciques), le cerveau implanté autant.
Le corps humain biotique bionique mobile robotisé implanté une fois décédé, l'armature implantée survit, dans le genre Terminator. Indestructible et de durée de vie éternelle. Apte à ramper, s'auto-transformer et reproduire selon les processus d'adaptation, entièrement autonome et entraîné à tuer
Sous le Moyen Age ont été trouvés de tels squelettes vivants, encore envie bien après le décès des individus les ayant contenus. Donc phénomène courant repris par les expérimentations nazies sous Auschwitz, et les études scientifiques de la CIA depuis ses origines.
Je pense autant que les civils irakiens que le président Barak Obama, que je soutiens en son action envers le conflit irakien, devrait prendre la décision et l'initiative d' envoyer des troupes militaires armées au sol afin de soutenir, défendre et protéger les populations contre les assauts islamistes djihadistes. en collaboration avec des troupes européennes, sachant les troupes américaines assez entraînées et rémunérées pour agir en Irak. Des frappes ciblées sans connaissance du terrain géographique, des forces militaires ennemies et des contextes humains seraient et resteraient sinon inutiles, d'une portée faible en matière de protection des civils.
Je pense également que des avions drones invisibles indétectables de type Fantom et de surveillance en hauteur ainsi qu' une couverture surveillance satellite de reconnaissance du terrain devraient entrer en action, en faveur de la nuit, autant que cela a été effectué durant la deuxième guerre mondiale par les alliés, et dans la guerre du Golfe des années 80. Sachant que les nouvelles technologies depuis auront équipé ces engins de contrôle satellite et aériens, d'appareils détecteurs à visibilité nocturne et de présence pouvant détecter bases militaires, voire souterraines.
Certainement en collaboration et coopération avec les services militaires français et américains, les forces armées pourront-elles bénéficier d'engins électroniques autonomes, micro-drones de surveillance, espionnage, repérage (de présence humaine, et de bases) et renseignement, de tailles de mouches et moustiques, aptes à repter, voler, se fixer, escalader, se retourner et repartir si déstabilisés par terrains accidentés, et présentant autres fonctions autonomes, dont de possibles attaques armées, de type frelons.
Eléments militaires micro-informatiques indétectables et incontrôlables par l'ennemi. Micro-drones autonomes pouvant se diriger et contrôler voire par surveillance satellitaire.
Armes de poing lasers et armements de tirs lasers de calibres divers : Avions drones à tirs lasers, je suppose que pour certains avions-drones de plus gros gabarits, ces appareils peuvent prochainement effectuer des tirs de lasers, d'un calibre de lasers en étude et tests encore, inventés et utilisés en météorologie dans un but premier, pour détourner, repousser ou détruire, lutter contre, les tempêtes de grêle, de neige et certains typhons.
D'autre part, les répressions induites par les armements des pays totalitaires demandeurs ne dépendent que des impossibilités diplomatiques internationales à négocier des états de paix dans ces régimes dictatoriaux et agresseurs. Régler collatéralement serait une évidence l'état de non-droit des populations, et l'état de fait et non de droit d'armer des pays aux gouvernements non conformes aux accords internationaux de paix et de respect des Droits de l'Homme est et représente en elle-même une faute grave auprès des organisations internationales politiques et humanitaires.
Mais pour en poursuivre mon raisonnement, l'on ne peut admettre que des pays totalitaires puissent rester demandeurs de ces livraisons d'armements le plus souvent lourds, il faudrait également veiller, la tâche est incommensurable, sur une résolution internationale juridique de l'immense vide juridique régnant sur les fabrications industrielles de grand envergure à échelle mondiale sans limitation de production pour une productivité sans limites, de fournitures militaires d'armements légers et de puissance atomique, lourds et de combat au sol, librement inondant les marchés internationaux de ventes d'armes, de trusts multinationaux, nationaux, utilisés à de simples faits économiques de politique intérieure de chaque nation productrice d'armements, politique d'armement mondial de production libérale propre au capitalisme sauvage.
Le point d'achoppement essentiel est là.
Un sujet très délicat. Ceci dit en connaissance de cause, l'exigence de l'Amérique et de ses alliés d'une politique préventive et par principe de précaution en non connaissance du terrain et de ses dangers, sinon négligés pour ces principes d'une politique de précaution pour la sécurité des Etats membres de la coalition, omet de ce fait les conséquences des possibilités de récupérations politiques répressives envers la dissidence et la contestation, la résistance civile et intellectuelle, par des régimes totalitaires des pays à protéger pour une raison légitime.
Pour ce qui est des ventes d'armes faites à la Russie, il est en effet inadmissible que des armements militaires lourds capables de générer une apocalypse soient livrées à des puissances sans contrôle pratiquant politiques de razzias, et champs de tirs sur civils, l'Ukraine. Dans une politique d'appropriation total, dans une guerre totale, des terres, biens, boucliers humains, corps en soi de civils, hommes, femmes, enfants, villes, agglomérations, villages, biens, matériels, dans un but de génocide absolu, de colonialisme et rafle nazie récurrents sur cette planète.
Le danger imminent de livraisons massives européennes et russes d'armes aux résistants anti-djihadistes Kurdes s'avère inquiétante, je me permets de vous en informer, si vous ne l'êtes déjà.
L'usage immodéré ou excessif de drones tueurs me parait autant un danger imminent.
L'idée vient d'un fait d'une répression systématique des intellectuels de gauche contraires fermement et opposants passifs ou actifs aux récupérations idéologiques de dirigeants , gouvernements en puissance ou potentiellement en phase de prise de pouvoir électoral, pouvoirs populistes prometteurs d'un regain de l'économie dan le négatif du respect des populations, du taux et degré sanitaire des conditions de vie et de respect des libertés, d'avantages spolié dans des marchés de l'uranium, d'armements militaires et armes lourdes propagateurs de mort, que constructeurs d'une créativité d'entreprise libérale modérée, non entravée de lois de marchés et d'une concurrence mortelle libre, qui refrénant une économie déjà assez atteinte pour flancher, l'écrase dans un immobilisme dévastateur des conditions de vie sociales, dénommées injustices, récupérées de politiques de droite de trusts capitaliste, aggravant, grevant d'autant d'avantage les civils de cette guerre économique, que els populations victimes s'en retourne contre tout pouvoir qui leur proposerait salvation humaniste et réformes humanitaires, populations s'en remettant aux pouvoirs montants les plus totalitaires à dictatoriaux dont ceux des fascismes libéraux mondialistes, aux effets (climatiques, polluants, sur-exploitants, totalitaires, paupérisants) sur la Terre plus dévastateurs et propagateurs de guerres locales et nationales, inter-nationales, que toute guerre absolue autre que dite économique.
Le sauvetage de l'économie française passerait-elle par la vente d'armes aux pays en conflits, horreur, d'une politique libérale française de marché de la guerre et de chair humaine, politique déloyale de la présidence de gauche à l'encontre même du respect des droits de l'homme, projet édifiant de renflouement des caisses de l'état pour une mauvaise prise en charge d'une crise économique héritée de décennies de politique de droite capitaliste, prise en charge enrayée inévitablement par ces lobbies des politiques de l'emploi militaire et des lobbies de la guerre, pour l'emploi, l'embauche, l'amoindrissement du taux de chômage, d'inactifs, et de citoyen de gauche. Mis à part quelques intellectuels, journalistes connus, reconnus, les populations de penseurs de la gauche humaniste respectueuse, et défenseure des droits de l'homme, strictement éradiquées, victimes actuellement d'un pogrom, pressions physiques et morales graves.
L'Amérique aura-t-elle employé dans ses frappes des armements militaires nucléaires, dont des bombes atomiques ou missiles nucléaires... Auquel cas, l'Irak serait assez irradié et contaminé durablement pour devenir une zone désertique et causer des troubles sanitaires graves et en chasser ses populations.
Ceci dit en connaissance de cause, l'exigence de l'Amérique et de ses alliés d'une politique préventive et par principe de précaution en non connaissance du terrain et de ses dangers, sinon négligés pour ces principes d'une politique de précaution pour la sécurité des Etats membres de la coalition, omet de ce fait les conséquences des possibilités de récupérations politiques répressives envers la dissidence et la contestation, la résistance civile et intellectuelle, par des régimes totalitaires des pays à protéger pour une raison légitime.
En fait, le mot d'ordre a couru, que j'ai partagé, d'éloigner les ONG de terrains potentiels de combats et de tirs, de frappes alliées, dans un but non-dit pour plus de sécurité des Etats, d'éviter toute prise de personnels des ONG en otage, otages coûteux en négociations et voire argent des rançonnages induits pour augmenter les financements régnant des formes armées djihadistes.
Le front des conflits armés djihadistes je le pense déjà présent en Egypte.
Les occidentaux, sont des Syriens, eux aussi... Cela se passe là-bas, autant que cela se passerait, ici. Des chars dans les rues de Paris, un jour. Beyrouth, dans chaque ville, ce que chacun peut savoir de la guerre.
L'amalgame réducteur ventes-contre financements-répression systématique est plus nuancé en fiait, le mal nécessaire en la guerre contre Daesh, une réalité immonde mais impossible à contourne provisoirement, le temps de trouver d'autres solutions au sol que des livraisons d'armes, qui pourraient s'avérer de destruction massive voire apocalyptique si aucune résistance n'y veillait.
En fait, les ventes d'armes américaines proviennent du conflit Daesh-pays alliés, les Américains n'avaient le choix d'enrayer autrement les poussées djihadistes, sans trop d'information sur le terrain, par peur de prises en otage de populations civiles sur le territoire Américain, donc Barack Obama a eu décidé d'envoyer des conseillers militaires afin de former de troupes au sol qu'il ne pouvait lui-même prétendre à envoyer se battre, en lieu et place de populations militaires des pays concernés par l'invasion galopante des djihadistes qu'il a tenté de réfréner, et qui l'inquiète encore, car atteignant les pays de l'Afrique du Nord via l'Egypte et le Sahel, la Tunisie et l'Algérie, le Maroc déjà touchés, donc Barack Obama ne pouvant qu'employer temporairement que des frappes aériennes lourdes de drones et avions de combat, ainsi que les pays alliés, dont l'Europe et la France, il aura fait ce qu'il a pu, sa majorité chancelante, qui elle aurai décidé d'envoyer ses troupes au combat de sol, ce qui aurait été une hécatombe pire, (tout armement lourd de combat dont chars, hélicoptères, au sol présentant un risque potentiel d'être raflé par l'ennemi, retourné à l'encontre des alliés) non habitués, au climat sous les provisions et charges de survie, armements militaires, dans des chars donc qui seront raflés et réutilisés contre les militaires envoyés et seront exécutés donc dans ce but ce qui augmenterait les pertes humaines, ni à ses dangers, ni aux dangers du terrain, ni ses maladies parasitaires, microbiennes et virales, autres problèmes liés aux lieux de vie, de combat, des types de populations, problème d'acheminement de vivres consommables et de bivouacs, et de méconnaissance du terrain, de géolocalisation des combats, bases ennemies, troupes djihadistes, leurs caches d'armements .. Donc si tout récupération de ces livraisons d'armes est négociable avec les pays totalitaires menacés et receveurs, et condamnable, il faudra un temps faire avec.
Kobané n'est pas un des premiers objectifs des conflits, la France ignore tout peut-être de la gravité des évènements. La Tunisie, peuple éclairé et culturel, en cohésion, est encore envahie, bien que la vague aie été repoussée, par les populations liguées civiles et militaires, jusqu'à affaiblir l'avancée djihadiste. En quelques temps elle aurait pu atteindre le Sud de la France, innocente entre-temps de cela. Qui serait en France occupée alors. L'Afrique du Nord apparemment envahie déjà. Seule la mer Méditerranée séparant la France du Sud des combats. 1 décembre 2014.
Mais pour en poursuivre mon raisonnement, l'on ne peut admettre que des pays totalitaires puissent rester demandeurs de ces livraisons d'armements le plus souvent lourds, il faudrait également veiller, la tâche est incommensurable, sur une résolution internationale juridique de l'immense vide juridique régnant sur les fabrications industrielles de grand envergure à échelle mondiale sans limitation de production pour une productivité sans limites, de fournitures militaires d'armements légers et de puissance atomique, lourds et de combat au sol, librement inondant les marchés internationaux de ventes d'armes, de trusts multinationaux, nationaux, utilisés à de simples faits économiques de politique intérieure de chaque nation productrice d'armements, politique d'armement mondial de production libérale propre au capitalisme sauvage. Le point d'achoppement essentiel est là.
D'autre part, les répressions induites par les armements des pays totalitaires demandeurs ne dépendent que des impossibilités diplomatiques internationales à négocier des états de paix dans ces régimes dictatoriaux et agresseurs. Régler collatéralement serait une évidence l'état de non-droit des populations, et l'état de fait et non de droit d'armer des pays aux gouvernements non conformes aux accords internationaux de paix et de respect des Droits de l'Homme est et représente en elle-même une faute grave auprès des organisations internationales politiques et humanitaires.
Tout n'est dit hélas, l'amalgame réducteur ventes-contre financements-répression systématique est plus nuancé en fiait, le mal nécessaire en la guerre contre Daech, une réalité immonde mais impossible à contourne provisoirement, le temps de trouver d'autres solutions au sol que des livraisons d'armes, qui pourraient s'avérer de destruction massive voire apocalyptique si aucune résistance n'y veillait.

Lena 02/07/2017 00:47

Les présidents Barack Obama et François hollande auront pris la sage décision de refuser le devoir de règlement de rançons dans l'exigence des djihadistes contre libration des otages, dans un but de refus de financer les djihadistes et leurs combats, leurs financements des agents infiltrés et dormants en occident, Barak Obama ayant déclaré que ces otages journalistes et ONG seraient considérés soldas morts au combat autant que Marin's. Sachant également que ces journalistes, personnels ONG savaient et connaissaient parfaitement les risques de leur métier sur des terrains dangereux pour leur existence et leur action.
France sous lignes de tir directes des frappes américaines vers l'Irak et la Syrie, sauf si ces frappes sont décidées depuis l'Afrique du Nord. Sachant l'Afrique envahie de menaces et combats souterrains djihadistes depuis la Somalie, jusqu'aux pays du Nord africain.
En fait le nombre exact de djihadistes infiltrés 5000 sur le territoire français. 50 000 dans les territoires occupés du Moyen orient, au 13 juillet 2014.
Une des solutions les plus probables et nécessaire étant que la Turquie accepte une coalition active avec les Etats alliés et admettre l'évidence de frappes depuis son territoire national vers les Etats islamistes djihadistes. Notamment depuis son Sud-Est. Ces trafics et marchés parallèles d'armes, armant des polices et troupes mercenaires des pays limitrophes au conflit Syrien, kurdes, Peshmergas, Israélites, Américaines, rebelles,ou sinon l'usage de la bombe atomique, nécessaire.
Et Armes non conventionnelles, en test : Tirs de lasers pouvant provenir de satellites de combat, chargés de surveillance repérage et détection par infrarouge et vision de nuit, d'attaque ciblée, en balayage et tirs isolés.
Armes de combat au sol identiques, armes de poing lasers et armements de tirs lasers de calibres divers.
Cf certains de mes posts précédents.
https://www.facebook.com/line.llao1/posts/952950951388819
Errata : Repérage cartographique je suppose satellite, capable de tirs lasers dits "pinces à épiler", de drones téléguidés et raids d'avions, dont le secret médiatique d'Etat a été exigé durant les opérations commanditées par la France, secret défense suggéré que j'aurai conseillé et partagé, également exigé. Suite aux fuites médiatiques, stoppées net donc d'interdit de diffusion temporaire des détails sur ces opérations.
Eléments militaires micro-informatiques indétectables et incontrôlables par l'ennemi. Micro-drones autonomes pouvant se diriger et contrôler voire par surveillance satellitaire.
Certainement en collaboration et coopération avec les services militaires français et américains, les forces armées pourront-elles bénéficier d'engins électroniques autonomes, mini et micro-drones de surveillance, espionnage, repérage (de présence humaine, et de bases de forces militaires ici islamistes) et renseignement, de tailles multiples sous forme également de mouches et moustiques, aptes à repter, voler, se fixer, escalader, se retourner et repartir si déstabilisés par terrains accidentés, et présentant autres fonctions autonomes, dont de possibles attaques armées, de type frelons.
Ces tirs lasers et repérages satellitaires et de drones, avions drones (le plus souvent d'invention et initiative française) et raids aériens, capables de repérer par reconnaissance cartographique et vision infrarouge ou vision de nuit donc, une pièce de1 centime sur le sol. Et donc la présence de tout individu.
Il est rarement impossible d'échapper à cette "broyeuse mécanique d'attaque", des tirs électromagnétiques, encore en tests.
L'on n'en est pas encore à la machine à couper les doigts djihadistes, mais l'ère de la robotique humanoïde, et de l'homme bionique robotisé, le cœur artificiel implanté, truffé de canaux ou cathéters en remplacement des vaisseaux sanguins principaux, d'os en tungstène ou alliages de tungstène (métal lourd radioactif) s'auto-produisant, se reconstituant si leur squelette de ce métal couplé à l'ossement originel, disloqué. membres couplés d'implants de plastique de type appareils dentaires, comprenant instruments électroniques (appareils de repérage, yeux artificiels sinon de vision augmentée, bras et jambes mécanisés, coquilles de protection métalliques abdominales et thoraciques), le cerveau implanté autant.
Le corps humain biotique bionique mobile robotisé implanté une fois décédé, l'armature implantée survit, dans le genre Terminator. Indestructible et de durée de vie éternelle. Apte à ramper, s'auto-transformer et reproduire selon les processus d'adaptation, entièrement autonome et entraîné à tuer
Sous le Moyen Age ont été trouvés de tels squelettes vivants, encore envie bien après le décès des individus les ayant contenus. Donc phénomène courant repris par les expérimentations nazies sous Ausweis, et les études scientifiques de la CIA depuis ses origines.
Je pense autant que les civils irakiens que le président Barak Obama, que je soutiens en son action envers le conflit irakien, devrait prendre la décision et l'initiative d' envoyer des troupes militaires armées au sol afin de soutenir, défendre et protéger les populations contre les assauts islamistes djihadistes. en collaboration avec des troupes européennes, sachant les troupes américaines assez entraînées et rémunérées pour agir en Irak. Des frappes ciblées sans connaissance du terrain géographique, des forces militaires ennemies et des contextes humains seraient et resteraient sinon inutiles, d'une portée faible en matière de protection des civils.
Je pense également que des avions drones invisibles indétectables de type Fantom et de surveillance en hauteur ainsi qu' une couverture surveillance satellite de reconnaissance du terrain devraient entrer en action, en faveur de la nuit, autant que cela a été effectué durant la deuxième guerre mondiale par les alliés, et dans la guerre du Golfe des années 80. Sachant que les nouvelles technologies depuis auront équipé ces engins de contrôle satellite et aériens, d'appareils détecteurs à visibilité nocturne et de présence pouvant détecter bases militaires, voire souterraines.
Certainement en collaboration et coopération avec les services militaires français et américains, les forces armées pourront-elles bénéficier d'engins électroniques autonomes, micro-drones de surveillance, espionnage, repérage (de présence humaine, et de bases) et renseignement, de tailles de mouches et moustiques, aptes à repter, voler, se fixer, escalader, se retourner et repartir si déstabilisés par terrains accidentés, et présentant autres fonctions autonomes, dont de possibles attaques armées, de type frelons.
Eléments militaires micro-informatiques indétectables et incontrôlables par l'ennemi. Micro-drones autonomes pouvant se diriger et contrôler voire par surveillance satellitaire.
Armes de poing lasers et armements de tirs lasers de calibres divers : Avions drones à tirs lasers, je suppose que pour certains avions-drones de plus gros gabarits, ces appareils peuvent prochainement effectuer des tirs de lasers, d'un calibre de lasers en étude et tests encore, inventés et utilisés en météorologie dans un but premier, pour détourner, repousser ou détruire, lutter contre, les tempêtes de grêle, de neige et certains typhons.
D'autre part, les répressions induites par les armements des pays totalitaires demandeurs ne dépendent que des impossibilités diplomatiques internationales à négocier des états de paix dans ces régimes dictatoriaux et agresseurs. Régler collatéralement serait une évidence l'état de non-droit des populations, et l'état de fait et non de droit d'armer des pays aux gouvernements non conformes aux accords internationaux de paix et de respect des Droits de l'Homme est et représente en elle-même une faute grave auprès des organisations internationales politiques et humanitaires.
Mais pour en poursuivre mon raisonnement, l'on ne peut admettre que des pays totalitaires puissent rester demandeurs de ces livraisons d'armements le plus souvent lourds, il faudrait également veiller, la tâche est incommensurable, sur une résolution internationale juridique de l'immense vide juridique régnant sur les fabrications industrielles de grand envergure à échelle mondiale sans limitation de production pour une productivité sans limites, de fournitures militaires d'armements légers et de puissance atomique, lourds et de combat au sol, librement inondant les marchés internationaux de ventes d'armes, de trusts multinationaux, nationaux, utilisés à de simples faits économiques de politique intérieure de chaque nation productrice d'armements, politique d'armement mondial de production libérale propre au capitalisme sauvage.
Le point d'achoppement essentiel est là.
Un sujet très délicat. Ceci dit en connaissance de cause, l'exigence de l'Amérique et de ses alliés d'une politique préventive et par principe de précaution en non connaissance du terrain et de ses dangers, sinon négligés pour ces principes d'une politique de précaution pour la sécurité des Etats membres de la coalition, omet de ce fait les conséquences des possibilités de récupérations politiques répressives envers la dissidence et la contestation, la résistance civile et intellectuelle, par des régimes totalitaires des pays à protéger pour une raison légitime.
Pour ce qui est des ventes d'armes faites à la Russie, il est en effet inadmissible que des armements militaires lourds capables de générer une apocalypse soient livrées à des puissances sans contrôle pratiquant politiques de razzias, et champs de tirs sur civils, l'Ukraine. Dans une politique d'appropriation total, dans une guerre totale, des terres, biens, boucliers humains, corps en soi de civils, hommes, femmes, enfants, villes, agglomérations, villages, biens, matériels, dans un but de génocide absolu, de colonialisme et rafle nazie récurrents sur cette planète.
Le danger imminent de livraisons massives européennes et russes d'armes aux résistants anti-djihadistes Kurdes s'avère inquiétante, je me permets de vous en informer, si vous ne l'êtes déjà.
L'usage immodéré ou excessif de drones tueurs me parait autant un danger imminent.
L'idée vient d'un fait d'une répression systématique des intellectuels de gauche contraires fermement et opposants passifs ou actifs aux récupérations idéologiques de dirigeants , gouvernements en puissance ou potentiellement en phase de prise de pouvoir électoral, pouvoirs populistes prometteurs d'un regain de l'économie dan le négatif du respect des populations, du taux et degré sanitaire des conditions de vie et de respect des libertés, d'avantages spolié dans des marchés de l'uranium, d'armements militaires et armes lourdes propagateurs de mort, que constructeurs d'une créativité d'entreprise libérale modérée, non entravée de lois de marchés et d'une concurrence mortelle libre, qui refrénant une économie déjà assez atteinte pour flancher, l'écrase dans un immobilisme dévastateur des conditions de vie sociales, dénommées injustices, récupérées de politiques de droite de trusts capitaliste, aggravant, grevant d'autant d'avantage les civils de cette guerre économique, que els populations victimes s'en retourne contre tout pouvoir qui leur proposerait salvation humaniste et réformes humanitaires, populations s'en remettant aux pouvoirs montants les plus totalitaires à dictatoriaux dont ceux des fascismes libéraux mondialistes, aux effets (climatiques, polluants, sur-exploitants, totalitaires, paupérisants) sur la Terre plus dévastateurs et propagateurs de guerres locales et nationales, inter-nationales, que toute guerre absolue autre que dite économique.
Le sauvetage de l'économie française passerait-elle par la vente d'armes aux pays en conflits, horreur, d'une politique libérale française de marché de la guerre et de chair humaine, politique déloyale de la présidence de gauche à l'encontre même du respect des droits de l'homme, projet édifiant de renflouement des caisses de l'état pour une mauvaise prise en charge d'une crise économique héritée de décennies de politique de droite capitaliste, prise en charge enrayée inévitablement par ces lobbies des politiques de l'emploi militaire et des lobbies de la guerre, pour l'emploi, l'embauche, l'amoindrissement du taux de chômage, d'inactifs, et de citoyen de gauche. Mis à part quelques intellectuels, journalistes connus, reconnus, les populations de penseurs de la gauche humaniste respectueuse, et défenseure des droits de l'homme, strictement éradiquées, victimes actuellement d'un pogrom, pressions physiques et morales graves.
L'Amérique aura-t-elle employé dans ses frappes des armements militaires nucléaires, dont des bombes atomiques ou missiles nucléaires... Auquel cas, l'Irak serait assez irradié et contaminé durablement pour devenir une zone désertique et causer des troubles sanitaires graves et en chasser ses populations.
Ceci dit en connaissance de cause, l'exigence de l'Amérique et de ses alliés d'une politique préventive et par principe de précaution en non connaissance du terrain et de ses dangers, sinon négligés pour ces principes d'une politique de précaution pour la sécurité des Etats membres de la coalition, omet de ce fait les conséquences des possibilités de récupérations politiques répressives envers la dissidence et la contestation, la résistance civile et intellectuelle, par des régimes totalitaires des pays à protéger pour une raison légitime.
En fait, le mot d'ordre a couru, que j'ai partagé, d'éloigner les ONG de terrains potentiels de combats et de tirs, de frappes alliées, dans un but non-dit pour plus de sécurité des Etats, d'éviter toute prise de personnels des ONG en otage, otages coûteux en négociations et voire argent des rançonnages induits pour augmenter les financements régnant des formes armées djihadistes.
Le front des conflits armés djihadistes je le pense déjà présent en Egypte.
Les occidentaux, sont des Syriens, eux aussi... Cela se passe là-bas, autant que cela se passerait, ici. Des chars dans les rues de Paris, un jour. Beyrouth, dans chaque ville, ce que chacun peut savoir de la guerre.
L'amalgame réducteur ventes-contre financements-répression systématique est plus nuancé en fiait, le mal nécessaire en la guerre contre Daech, une réalité immonde mais impossible à contourne provisoirement, le temps de trouver d'autres solutions au sol que des livraisons d'armes, qui pourraient s'avérer de destruction massive voire apocalyptique si aucune résistance n'y veillait.
En fait, les ventes d'armes américaines proviennent du conflit Daech-pays alliés, les Américains n'avaient le choix d'enrayer autrement les poussées djihadistes, sans trop d'information sur le terrain, par peur de prises en otage de populations civiles sur le territoire Américain, donc Barack Obama a eu décidé d'envoyer des conseillers militaires afin de former de troupes au sol qu'il ne pouvait lui-même prétendre à envoyer se battre, en lieu et place de populations militaires des pays concernés par l'invasion galopante des djihadistes qu'il a tenté de refréner, et qui l'inquiète encore, car atteignant les pays de l'Afrique du Nord via l'Egypte et le Sahel, la Tunisie et l'Algérie, le Maroc déjà touchés, donc Barack Obama ne pouvant qu'employer temporairement que des frappes aériennes lourdes de drones et avions de combat, ainsi que les pays alliés, dont l'Europe et la France, il aura fait ce qu'il a pu, sa majorité chancelante, qui elle aurai décidé d'envoyer ses troupes au combat de sol, ce qui aurait été une hécatombe pire, (tout armement lourd de combat dont chars, hélicoptères, au sol présentant un risque potentiel d'être raflé par l'ennemi, retourné à l'encontre des alliés) non habitués, au climat sous les provisions et charges de survie, armements militaires, dans des chars donc qui seront raflés et réutilisés contre les militaires envoyés et seront exécutés donc dans ce but ce qui augmenterait les pertes humaines, ni à ses dangers, ni aux dangers du terrain, ni ses maladies parasitaires, microbiennes et virales, autres problèmes liés aux lieux de vie, de combat, des types de populations, problème d'acheminement de vivres consommables et de bivouacs, et de méconnaissance du terrain, de géolocalisation des combats, bases ennemies, troupes djihadistes, leurs caches d'armements .. Donc si tout récupération de ces livraisons d'armes est négociable avec les pays totalitaires menacés et receveurs, et condamnable, il faudra un temps faire avec.
Kobané n'est pas un des premiers objectifs des conflits, la France ignore tout peut-être de la gravité des évènements. La Tunisie, peuple éclairé et culturel, en cohésion, est encore envahie, bien que la vague aie été repoussée, par les populations liguées civiles et militaires, jusqu'à affaiblir l'avancée djihadiste. En quelques temps elle aurait pu atteindre le Sud de la France, innocente entre-temps de cela. Qui serait en France occupée alors. L'Afrique du Nord apparemment envahie déjà. Seule la mer Méditerranée séparant la France du Sud des combats. 1 décembre 2014.
Mais pour en poursuivre mon raisonnement, l'on ne peut admettre que des pays totalitaires puissent rester demandeurs de ces livraisons d'armements le plus souvent lourds, il faudrait également veiller, la tâche est incommensurable, sur une résolution internationale juridique de l'immense vide juridique régnant sur les fabrications industrielles de grand envergure à échelle mondiale sans limitation de production pour une productivité sans limites, de fournitures militaires d'armements légers et de puissance atomique, lourds et de combat au sol, librement inondant les marchés internationaux de ventes d'armes, de trusts multinationaux, nationaux, utilisés à de simples faits économiques de politique intérieure de chaque nation productrice d'armements, politique d'armement mondial de production libérale propre au capitalisme sauvage. Le point d'achoppement essentiel est là.
D'autre part, les répressions induites par les armements des pays totalitaires demandeurs ne dépendent que des impossibilités diplomatiques internationales à négocier des états de paix dans ces régimes dictatoriaux et agresseurs. Régler collatéralement serait une évidence l'état de non-droit des populations, et l'état de fait et non de droit d'armer des pays aux gouvernements non conformes aux accords internationaux de paix et de respect des Droits de l'Homme est et représente en elle-même une faute grave auprès des organisations internationales politiques et humanitaires.
Tout n'est dit hélas, l'amalgame réducteur ventes-contre financements-répression systématique est plus nuancé en fiait, le mal nécessaire en la guerre contre Daech, une réalité immonde mais impossible à contourne provisoirement, le temps de trouver d'autres solutions au sol que des livraisons d'armes, qui pourraient s'avérer de destruction massive voire apocalyptique si aucune résistance n'y veillait.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents